La grosse majorité des entreprises suisses optimiste pour 2018

La grosse majorité (92%) des petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse juge favorable ...
La grosse majorité des entreprises suisses optimiste pour 2018

La grosse majorité des entreprises suisses optimiste pour 2018

Photo: KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

La grosse majorité (92%) des petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse juge favorable le climat des affaires, un pic depuis 2014. Près d'une sur deux (46%) mise sur une hausse des ventes cette année, selon un sondage d'EY.

Parmi 700 entreprises sondées, 44% se disent optimistes pour l’avenir de la situation économique en Suisse, indique le Baromètre des entreprises de la société d’audit et de conseil EY publié mercredi. Une proportion nettement supérieure aux 27% de l'année précédente.

En moyenne, les PME interrogées prévoient une progression du chiffre d’affaires de 1,5%, la plus forte depuis 2013. Seules 6% tablent sur une réduction des ventes. La branche des sciences de la vie mise sur la plus forte croissance, de 2% en moyenne.

Pour plus d’un tiers des entreprises (36%), priorité sera donnée à la croissance au cours des mois à venir, davantage que jusqu'ici. Celles qui orientent leur stratégie 2018 sur la stabilité sont déjà moins nombreuses (58%, contre 59% en 2017 et 65% en 2016).

Pénurie de spécialistes

Corollaire de cet état d’esprit positif, la propension à investir reste à un niveau élevé. Comme l’année précédente, 28% des sondés prévoient des investissements dans la place économique suisse. Et un quart souhaite recruter des collaborateurs supplémentaires.

Pourtant, le manque de travailleurs qualifiés constitue à l'heure actuelle le défi majeur: 62% des participants rapportent des difficultés à recruter des collaborateurs compétents en Suisse. De ce point de vue, la situation s'est aggravée, car une entreprise sur six qualifie même la situation de 'très difficile'.

'Les sociétés recherchent donc les collaborateurs à l’étranger, ce qui est souvent beaucoup plus difficile pour les PME que pour les grandes entreprises', selon EY. Cette pénurie affecte en particulier les secteurs du bâtiment et de l’énergie.

Toutes branches confondues, la plupart des postes vacants se trouvent dans les domaines techniques. Plus de deux entreprises sur cinq ont des postes vacants dans la production en raison de la pénurie de personnel qualifié.

La force du franc reste toujours problématique pour 43% des firmes interrogées, contre 51% l’année dernière. La cybersécurité gagne aussi en importance: 41% des répondants s’attendent à avoir des soucis dans la sécurisation des infrastructures informatiques.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus