La fermeture des restaurants a réduit le nombre d'hospitalisations

La fermeture des restaurants et l'interdiction des grandes manifestations ont permis de réduire ...
La fermeture des restaurants a réduit le nombre d'hospitalisations

La fermeture des restaurants a réduit le nombre d'hospitalisations

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La fermeture des restaurants et l'interdiction des grandes manifestations ont permis de réduire le nombre d'hospitalisations dues au Covid, selon une étude. Pour les autres mesures étudiées, les résultats ne permettent pas de tirer des conclusions claires et sûres.

La fermeture des restaurants a entraîné une baisse estimée entre 28 et 41 pourcents des hospitalisations liées au Covid, selon l'étude sur l'impact des mesures non pharmaceutiques prises en cas de pandémie. Les auteurs de l'étude mandatée par le Seco et publiée mardi sont parvenus à une conclusion similaire concernant l'interdiction des grandes manifestations. Elles ont eu un effet important sur le nombre d'hospitalisations.

Les données concernant les restaurants sont statistiquement significatives et largement consolidées sur les différents modèles, ont écrit les auteurs de l'étude. Pour les autres mesures, les résultats étaient moins clairs. Ainsi, les données relatives à la fermeture des bars suggéraient l'effet souhaité, mais les auteurs de l'étude n'ont pas pu exclure des problèmes de causalité.

Idem s'agissant des résultats concernant la fermeture des magasins. Ils étaient si dispersés qu'il n'a pas été possible de tirer des conclusions claires.

Effet contraire

Les résultats concernant les mesures en extérieur sont qualifiés de surprenants. Les données suggèrent en effet que les restrictions concernant les rassemblements à l'extérieur ont un effet plutôt à la hausse sur le nombre d'hospitalisations.

Selon les auteurs de l'étude, de Swiss Economics à Zurich, les données ne sont certes pas consolidées, mais tout à fait plausibles. En effet, en cas d'interdiction des rassemblements à l'extérieur, les participants se tournent vers l'intérieur, où le risque de contagion est plus élevé.

En ce qui concerne l'obligation de porter un masque dans les restaurants et les restrictions lors de rassemblements à l'intérieur, les données disponibles ne permettent pas de tirer des conclusions claires. L'étude n'a pas non plus donné d'image claire en ce qui concerne les mesures prises pour les événements sportifs et les discothèques. Là encore des effets de causalités ou d'endogénéité ne pouvaient pas être exclus.

/ATS