La croissance suisse fortement corrélée à l'évolution de la guerre

La croissance suisse est suspendue à l'évolution de la situation en Ukraine. Les prévisions ...
La croissance suisse fortement corrélée à l'évolution de la guerre

La croissance suisse fortement corrélée à l'évolution de la guerre

Photo: KEYSTONE/URS FLUEELER

La croissance suisse est suspendue à l'évolution de la situation en Ukraine. Les prévisions pour le Produit intérieur brut (PIB) des économistes du KOF oscillent entre 2,9% dans le scénario le plus optimiste, et 1% dans le cas d'une aggravation du conflit.

Pour ses prévisions conjoncturelles de printemps, le centre d'études conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), le KOF, a mis deux scénarios sur la table, une réponse aux importantes incertitudes politiques relatives à la guerre en Ukraine, indique-t-il mercredi.

Le premier scénario part du principe que la violence militaire cessera bientôt et que les conséquences économiques seront limitées dans le temps. Le second intègre une aggravation du conflit et des sanctions des pays occidentaux et de leurs alliés, ce qui entraînerait une récession mondiale.

Dans leur scénario le plus pessimiste, dans le cas où les exportations d'énergie et de matières premières russes seraient totalement stoppées, ils imaginent que la croissance ajustée des évènements sportifs pourrait être ramenée à 1%, soit deux points de pourcentage en dessous des prévisions du scénario le plus optimiste.

En effet, une telle situation conduirait à une forte hausse des prix de l'énergie et à des limitations de production en Europe, ce qui aurait un impact négatif sur la demande de produits suisses à l'étranger, dès le second trimestre. Le franc risquerait également de subir une forte pression à la hausse tandis que le chômage s'inscrirait en progression. En 2023, les prévisions de croissance seraient réduites à 0,8%.

Au contraire, si la guerre en Ukraine touchait bientôt à sa fin, le PIB annuel s'inscrirait en hausse de 2,9% hors évènements sportifs cette année. De manière purement théorique, cet indicateur aurait progressé de 3,2% cette année si la Russie n'avait pas attaqué l'Ukraine.

Dans ce scénario plus optimiste, le conflit ne pèserait sur l'économie mondiale qu'au deuxième trimestre, même si certaines sanctions contre la Russie perdureraient au-delà. Les relations commerciales entre la Suisse et les deux pays en guerre ne sont pas significatives, donc l'impact des sanctions est limité, même si certaines entreprises subissent des conséquences importantes.

En 2023, le PIB serait attendu en hausse de 2,3%, une croissance nettement inférieure qu'en 2022 dans la mesure où les effets de rattrapage post-pandémie auront pris fin.

Répercussions différenciées sur l'inflation

Alors que la guerre a déjà provoqué une forte hausse des prix de l'énergie, les deux scénarios présentés se répercutent différemment en ce qui concerne l'inflation. Côté optimiste, elle est attendue à 1,6% en 2022 et 0,8% en 2023 tandis que dans une conjoncture plus défavorable, elle pourrait atteindre 2,8% cette année et 1,2% l'an prochain, relèvent les économistes.

La guerre n'est pas la seule épée de Damoclès au-dessus de l'économie mondiale, la pandémie continuant de s'inscrire en toile de fond. Le risque d'apparition de nouveaux variants et la durée de l'immunité de la population suisse face à ceux en circulation restent des questions en suspens et risquent de rendre les prévisions trop optimistes.

/ATS
 

Articles les plus lus