La compagnie Ju-Air interdite de vols commerciaux

L'OFAC va retirer à la compagnie aérienne Ju-Air, basée à Dübendorf (ZH), le droit de transporter ...
La compagnie Ju-Air interdite de vols commerciaux

La compagnie Ju-Air interdite de vols commerciaux

Photo: KEYSTONE/WALTER BIERI

L'OFAC va retirer à la compagnie aérienne Ju-Air, basée à Dübendorf (ZH), le droit de transporter des passagers à titre commercial dans ses avions historiques. Certains vols seront toutefois encore possibles dans un cadre privé.

A la suite de l'accident du Ju-52 le 4 août dernier dans les Grisons, l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) a réévalué le risque associé au transport de passagers au moyen d'avions historiques, indique-t-il mardi dans un communiqué. Il a constaté que les exigences de sécurité ne sont actuellement plus réunies pour poursuivre l'exploitation commerciale de tels appareils.

La décision de l'OFAC est corroborée par les résultats des investigations sur l'accident, actuellement menées par le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE). En outre, la réglementation européenne relative aux avions historiques va subir des modifications à partir de la mi-2019 et n'autorisera plus leur exploitation commerciale.

En Allemagne, la compagnie Lufthansa - maison-mère de Swiss - a d'ailleurs abandonné les vols commerciaux de passagers avec sa propre flotte de Ju-52.

Des vols privés

En revanche, pour autant qu'elle respecte certaines charges techniques et opérationnelles, la compagnie pourra continuer à organiser des vols privés dans le cadre d'une association. Les personnes intéressées devront être membres de l'association depuis au moins 30 jours et être conscientes des risques accrus par rapport à un avion moderne.

Les appareils de type Junkers Ju-52 ont une grande capacité en sièges passagers et doivent de ce fait satisfaire des exigences techniques et opérationnelles accrues par rapport aux petits avions historiques. En outre, il n'existe plus de constructeur responsable de veiller au maintien de leur navigabilité.

L'OFAC, en situation de sous-effectif, ne dispose pas des ressources nécessaires pour accomplir cette tâche. Les exploitants privés de ces gros avions historiques doivent donc acquérir le savoir-faire nécessaire, ou confier cette tâche à une entreprise externe.

Comme Ju-Air n'est toujours pas en mesure de remplir entièrement les mesures techniques exigées par l'OFAC, ses avions restent pour l'heure cloués au sol. La date d'une reprise des vols est pour l'heure inconnue.

Ju-Air ne s'affole pas

Dans un communiqué, Ju-Air souligne que la décision de l'OFAC ne provoquera pas de changement significatif pour la compagnie. Presque tous ses passagers en Suisse sont en effet aujourd'hui déjà membres d'une association.

Dès que la nouvelle réglementation sera disponible en détail, Ju-Air l'examinera et commencera immédiatement à la mettre en oeuvre. La compagnie se dit en mesure et désireuse de mettre en place l'organisation requise pour assurer les futures opérations aériennes et d'engager les experts et organisations externes nécessaires.

La charge administrative liée à de tels changements ainsi que les clarifications nécessaires prendront encore plusieurs mois. Dans l'intervalle, la compagnie réclame des dispositions transitoires afin d'assurer la sécurité des opérations aériennes le temps que les tâches administratives soient terminées.

Un seul avion cet été

Ju-Air prépare par ailleurs l'exploitation à long terme de ses trois Ju-52 historiques et investit dans leur avenir. Les avions, qui ont maintenant 70 et 80 ans, seront complètement démontés et révisés. Un seul appareil, le HB-HOS, qui a été soumis à des tests de corrosion approfondis et à un entretien complet depuis novembre, sera exploité cet été.

Ju-Air souligne en outre que les investigations, menées par la compagnie et des experts indépendants, sont sur le point d'être achevées. Les examens n'ont pour l'heure révélé aucun risque de sécurité sur l'avion HB-HOS. Si ces conclusions se confirment, la compagnie soumettra une demande à l'OFAC pour des opérations aériennes en 2019.

La révision générale des trois appareils n'est pas directement liée à l'accident d'août dernier, souligne encore Ju-Air. Il s'agit d'un investissement dans la sécurité et la préservation de la valeur des aéronefs. Toutefois, la tragédie a incité la compagnie à effectuer cette révision complète.

Immobilisation ordonnée

En novembre dernier, l'OFAC avait ordonné l’immobilisation provisoire de deux avions Ju-52 basés à Dübendorf, exploités par Ju-Air. Aucun problème technique n'a toutefois été détecté dans l'enquête sur l'accident dans les Grisons, qui a fait 20 morts.

Lors de sa création il y 35 ans, l'OFAC avait autorisé Ju-Air à exploiter trois avions historiques Ju-52 des Forces aériennes suisses, en tant que compagnie aérienne commerciale. A l'époque, plusieurs dérogations avaient été admises dans le cadre réglementaire national.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus