La Fed campe sur ses positions: la hausse des prix est transitoire

La Banque centrale américaine (Fed) voit les prix augmenter plus qu'attendu cette année, mais ...
La Fed campe sur ses positions: la hausse des prix est transitoire

La Fed campe sur ses positions: la hausse des prix est transitoire

Photo: KEYSTONE/AP/Susan Walsh

La Banque centrale américaine (Fed) voit les prix augmenter plus qu'attendu cette année, mais pense toujours qu'il s'agira d'un phénomène temporaire. Elle balaie les craintes d'une hausse durable des prix dans un contexte de croissance qui pourtant s'accélère.

Les responsables de la puissante institution monétaire n'ont acté aucun changement immédiat de politique monétaire, à l'issue de deux jours de réunion.

Les taux directeurs restent dans la fourchette de 0 à 0,25% dans laquelle ils avaient été abaissés en mars 2020, pour stimuler le crédit et donc la consommation. Cependant, les membres du comité monétaire envisagent désormais plus largement une première hausse des taux dès 2023.

Les achats d'actifs, qui ont permis aux marchés de continuer à fonctionner malgré la crise, ont également été maintenus à leur niveau actuel de 120 milliards de dollars (109 milliards de francs) par mois.

Le président de la Fed Jerome Powell n'a ébauché aucun calendrier pour la réduction du soutien de l'institution à l'économie américaine, jugeant cela 'prématuré'.

Une telle décision sera prise 'lorsque l'économie aura fait des progrès supplémentaires substantiels, et nous communiquerons en amont', a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

L'économie se redresse

L'économie a pourtant largement entamé son redressement. Ces derniers mois, les progrès de la vaccination ont réduit drastiquement la propagation du Covid-19 aux États-Unis. Les secteurs les plus touchés par la pandémie, comme l'hôtellerie et la restauration, 'restent faibles mais ont montré une amélioration'.

La Fed se montre d'ailleurs plus optimiste sur la croissance, puisqu'elle table sur un Produit intérieur brut en hausse de 7,0% en 2021, contre 6,5% estimé en mars.

Sa prévision de chômage pour cette année est, elle, inchangée. Et le retour au plein emploi, c'est-à-dire au niveau d'avant-crise de 3,5%, le plus bas en 50 ans, est attendu en 2023.

Marchés inquiets de l'inflation

C'est surtout l'inflation qui inquiète les marchés. Elle devrait atteindre 3,4% cette année, contre 2,4% estimé en mars, avant de se stabiliser près de l'objectif de 2%, à 2,1% en 2022 et 2,2% en 2023. Des prévisions qui ont fait terminer la Bourse de New York dans le rouge.

Mais Jerome Powell a martelé que les prix s'expliquent par des 'facteurs transitoires' et s'attend à ce que la hausse 's'inverse avec le temps'.

'Ce que nous voyons à court terme est principalement associé à la réouverture de l'économie, et non à un marché du travail tendu ou à des contraintes de ressources', a-t-il dit.

Il a ainsi souligné que si les prix du bois d'oeuvre, des voitures d'occasion, des billets d'avion et des hôtels ont tiré l'inflation, ils sont à comparer avec des prix qui s'étaient effondrés l'an passé.

Les prix ont augmenté en mai à 5% sur un an, leur rythme le plus rapide depuis 13 ans, selon l'indice CPI, en raison en grande partie de cet effet de comparaison. La Fed utilise une autre mesure de l'inflation, l'indice PCE, qui a connu en avril sa plus forte accélération depuis 2007, +3,6% sur un an.

'Forte création d'emplois'

'Nous nous attendons à ce que les prix reviennent là où ils étaient (avant la crise), il n'y a aucune raison de penser qu'ils vont continuer à augmenter beaucoup', a commenté Jerome Powell, citant les prix du bois de construction qui commencent à baisser.

La secrétaire au Trésor Janet Yellen avait précédé M. Powell plus tôt mercredi, relevant que l'inflation 'reflète les difficultés de la réouverture d'une économie qui a été fermée, qui a connu d'énormes fluctuations dans les habitudes de dépenses et qui fait face à des goulets d'étranglement'.

Avant de modifier leur politique, les responsables de la Fed veulent que le pays ait retrouvé le plein emploi. Or il manque encore 7,6 millions d'emplois.

Jerome Powell a reconnu que le retour sur le marché du travail 'prend plus de temps', en raison de certains obstacles tels que l'inadéquation entre offres d'emplois et profils des chômeurs. Il anticipe cependant 'une forte création d'emplois' au cours de l'été et à l'automne.

Retour au travail

En effet, 'un nombre important de personnes se disent encore préoccupées par le retour au travail dans des emplois où elles sont en contact avec le public, à cause du Covid', une crainte qui devrait se dissiper avec la vaccination.

Et, avec les crèches et écoles qui devraient rouvrir à l'automne, la participation au marché du travail devrait progresser. Parallèlement, la fin de certaines aides d'Etat va également pousser au retour au travail.

/ATS
 

Actualités suivantes