La Confédération investira 3 milliards dans ses « nouvelles » routes

Depuis le 1er janvier 2020, la Confédération a repris 413,7 kilomètres de routes cantonales ...
La Confédération investira 3 milliards dans ses « nouvelles » routes

La Confédération investira 3 milliards dans ses

Photo: Rapport de l'Office fédéral des Routes

Depuis le 1er janvier 2020, la Confédération a repris 413,7 kilomètres de routes cantonales à vocation transrégionale et internationale. Après analyse, elle estime qu'il faudra investir 3 milliards pour que ces 19 tronçons remplissent ses exigences de sécurité.

Pour arriver à ce chiffre, l'Office fédéral des Routes (OFROU) a analysé les différents tracés selon quatre domaines: chaussées et revêtements, ouvrages d'art (ponts, parois antibruit, passages), tunnels et ouvrages géotechniques, ainsi qu'équipements d'exploitation et de sécurité, peut-on lire dans un rapport publié au début du mois.

La moitié des tronçons (9) présente au moins un domaine défini comme 'critique' sur quatre, sachant qu'un domaine est constitué de plusieurs éléments. Cette précision est importante. 'Lorsqu'un tronçon est défini comme 'critique' cela ne signifie pas que la route est dans un état critique mais qu'un des éléments analysés l'est', insiste Guido Bielmann de l'OFROU. Si la route représentait un danger pour les usagers, alors elle serait immédiatement fermée, ajoute-t-il.

Les coûts estimés pour les projets d'entretien et d'aménagement de ces 414 kilomètres pour qu'ils répondent aux exigences techniques de la Confédération sont estimés à environ 3 milliards de francs sur les prochaines années. Maintenant que ce rapport a été établi, l'OFROU va prioriser les projets en fonction de leur degré de nécessité d'intervention, complète Guido Bielmann.

Un exemple valaisan

Parmi les tronçons 'critiques', figure celui reliant Martigny au Grand-St-Bernard. Interrogé sur les ondes de la radio valaisanne Rhône FM, David Wetter, chef de la filiale de Thoune à l’OFROU, estime que 'les planifications doivent vraiment commencer au plus vite' sur ce secteur de même qu'une analyse encore plus en détail la situation.

'Pour ce tronçon, on estime à 50 millions de francs les travaux étalés sur 5 ans', relève David Wetter. 'C’est une première étape. Ce sont des travaux qui n’ont pas été réalisés sur les 15 dernières années. Alors forcément, on ne peut pas rattraper tout ça en deux trois mois. Parallèlement, nous réalisons d’autres analyses. Je pense ici aux risques liés aux dangers naturels par exemple', ajoute-t-il.

Egalement interrogé sur Rhône FM, Vincent Pellissier ingénieur cantonal, explique aussi qu'avant la reprise de ces 414 kilomètres, la Confédération gérait environ 1800 kilomètres de routes, soit autant que le Valais. Mais 'la Confédération a, à peu près, pour chaque kilomètre dix fois plus d'argent à disposition pour entretenir son réseau'. Les exigences sont par ailleurs plus élevées car les routes nationales connaissent davantage de trafic.

Examination périodique

La Confédération peut compter sur le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) qui garantit le financement nécessaire à l’entretien, l’aménagement et l’exploitation de ses 2254 kilomètres de routes nationales sur le long terme. Au total, celles-ci comptent 280 tunnels et 4270 ponts et surpassages.

Ces ouvrages d'art sont soumis à un examen périodique qui s'effectue tous les cinq ans. En cas de nécessité, les éléments problématiques sont rénovés immédiatement mais ils peuvent aussi être inclus dans une rénovation globale future, si celle-ci a déjà été planifiée, explique encore Guido Bielmann.

/ATS