La Colombie adopte une réforme fiscale revue et corrigée

Le gouvernement colombien a adopté mardi une réforme fiscale, à l'origine de violentes manifestations ...
La Colombie adopte une réforme fiscale revue et corrigée

La Colombie adopte une réforme fiscale revue et corrigée

Photo: KEYSTONE/AP/FERNANDO VERGARA

Le gouvernement colombien a adopté mardi une réforme fiscale, à l'origine de violentes manifestations au printemps 2021. Le texte a toutefois été largement réécrit pour épargner la classe moyenne et afficher son ambition sociale envers les plus vulnérables.

Au cours d'une cérémonie officielle au siège du gouvernement, le président Ivan Duque a signé cette nouvelle loi sur les impôts, baptisée 'loi d'investissement social', dont l'objectif proclamé est la lutte contre la pauvreté, dans un pays durement touché par la pandémie de Covid-19.

Cette réforme, 'fruit du consensus et de la résilience de la Colombie', est' la plus importante de ce siècle et bénéficiera à près de 29 millions de Colombiens en situation vulnérable', a assuré le président Duque sur son compte twitter.

Approuvée la semaine dernière par le Congrès colombien, elle se veut particulièrement ambitieuse, et doit permettre la collecte de plus de 15 milliards de pesos (près de 4 milliards de dollars).

Elle prévoit, entre autres choses, des aides sociales directes à près de 14 millions de Colombiens, la gratuité de l'enseignement universitaire pour les jeunes issus des classes défavorisés, la création de 350'000 emplois pour les femmes, un appui financier aux petites et moyennes entreprises.

Manifestations massives

La première version de cette réforme, présentée au début du printemps par le président Duque pour lutter contre les conséquences économiques de la pandémie (avec une pauvreté atteignant 42% et le chômage à plus de 16%), augmentait notablement les impôts de la classe moyenne, alors en plein marasme et déjà confrontée à un sévère confinement.

Ce projet initial avait littéralement provoqué une explosion sociale, cristallisant les mécontentements et suscitant des manifestations massives contre le gouvernement à partir du 28 avril. La répression policière a également alimenté la colère des centaines de milliers de manifestants descendus dans les rues partout dans le pays. Les violences ont fait au moins 60 morts, selon le Bureau du médiateur (ombdusman).

Le gouvernement a été contraint de retirer son projet, tandis que le ministre des Finances, Alberto Carrasquilla, a dû démissionner. La nouvelle réforme vise également à stabiliser les finances publiques, affectées par la récession provoquée par la pandémie, avec une chute du PIB de près de 7 %.

L'actuel ministre des Finances, José Manuel Restrepo, a estimé que le nouveau cadre fiscal était 'approprié' au contexte social. 'Il génère des ressources et maintient le principe de ne pas affecter les classes moyennes, les personnes vulnérables et les retraités', a déclaré M. Restrepo dans une interview accordée à un média local.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus