La BNS maintient sa prévision de croissance pour 2019

Après avoir enregistré un regain de vigueur en début d'année, la dynamique conjoncturelle demeure ...
La BNS maintient sa prévision de croissance pour 2019

La BNS maintient sa prévision de croissance pour 2019

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Après avoir enregistré un regain de vigueur en début d'année, la dynamique conjoncturelle demeure favorable en Suisse. Dans ce contexte, la BNS maintient sa prévision, continuant de tabler sur une croissance économique d'environ 1,5% cette année.

Pour ce scénario, tout comme pour celui relatif à l'économie mondiale, les risques demeurent orientés à la baisse, écrit jeudi la Banque nationale suisse (BNS). Toutefois, ils sont plus marqués que lors du dernier examen de la situation économique et monétaire en mars.

Les risques découlent essentiellement des incertitudes politiques ainsi que des tensions commerciales, constate la BNS. Ils pourraient engendrer de nouvelles turbulences sur les marchés financiers et entamer davantage le moral des acteurs économiques. La banque centrale observe en particulier qu'un fort ralentissement imprévu de l'économie mondiale se répercuterait rapidement sur la Suisse.

Alors que la dynamique économique a connu un regain de vigueur en début d'année, la BNS estime selon ses premiers calculs que le produit intérieur brut (PIB) devrait avoir progressé de 2,3% au premier trimestre. L'évolution sur le marché du travail s'est également révélée favorable. Dans l'ensemble, les capacités de production de l'économie suisse sont bien utilisées. Selon les indicateurs conjoncturels, la dynamique demeure favorable.

Signaux contrastés au niveau mondial

Reste que les signaux provenant de l'économie mondiale demeurent contrastés, observe la banque centrale helvétique. La croissance du PIB a certes connu un regain de vigueur au premier trimestre, et toutes les grandes économies affichent une croissance supérieure à la moyenne.

Toutefois, la production de l'industrie manufacturière a continué de présenter une tendance à l'affaiblissement dans de nombreuses régions. Dans son scénario de base pour l'économie mondiale, la BNS part de l'idée que la croissance devrait évoluer dans le cadre de son potentiel au cours des prochains trimestres.

Dans les pays industrialisés, la politique monétaire expansionniste des banques centrales va continuer de soutenir la croissance, alors que certaines économies bénéficieront également des politiques budgétaires. La pression inflationniste devrait rester modérée.

En matière de renchérissement, la BNS relève très légèrement sa prévision d'inflation conditionnelle pour les prochains trimestres par rapport aux attentes de mars dernier. Le mouvement reflète avant tout la hausse des prix des produits importés. A plus long terme, la prévision d'inflation conditionnelle reste quasiment inchangée.

Pour 2019, l'inflation est attendue à 0,6%, au lieu de 0,3% au trimestre précédent. Pour 2020, la BNS table sur un taux d'inflation de 0,7%, contre 0,6% dans la prévision de mars. Pour 2021, l'inflation s'établit désormais à 1,1%, soit à un niveau inférieur de 0,1 point à la prévision du trimestre précédent. La prévision d'inflation conditionnelle repose sur l'hypothèse d'un taux directeur de la BNS maintenu constant à -0,75% pendant les trois prochaines années.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus