L'afflux de nouveaux fonds étrangers s'est poursuivi depuis 2013

Les acteurs helvétiques de la gestion de fortune ont bien surmonté les problèmes liés à la ...
L'afflux de nouveaux fonds étrangers s'est poursuivi depuis 2013

L'afflux de nouveaux fonds étrangers s'est poursuivi depuis 2013

Photo: KEYSTONE/GABRIELE PUTZU

Les acteurs helvétiques de la gestion de fortune ont bien surmonté les problèmes liés à la fiscalité des avoirs étrangers.

Le secteur est parvenu ces cinq dernières années à attirer de nouveaux capitaux dans toutes les régions, à l'exception de l'Europe occidentale, selon une enquête de l'Association suisse des banquiers (ASB). L'afflux devrait se poursuivre.

Globalement, le total des avoirs transfrontaliers gérés par les banques suisses est passé de 1970 milliards de francs à 2270 milliards entre 2013 et 2018, soit la phase de transition vers l'échange automatique d'informations, a souligné mercredi devant la presse réunie à Zurich August Benz de l'ASB. Outre le rendement des placements, l'afflux de nouveaux dépôts de clients a joué un rôle important.

Selon M. Benz, plus de 100 milliards de francs nets ont afflué vers la place financière suisse durant cette période, en provenance des régions Asie/Pacifique, des Amériques, du Moyen-Orient et d'Europe de l'Est. Seule l'Europe occidentale, le plus important marché transfrontalier pour la gestion de fortune suisse, a enregistré des retraits nets, lesquels ont atteint 95 milliards.

Toutefois, les actifs sous gestion de la clientèle d'Europe occidentale sont passés de 940 à 960 milliards de francs, sur la seule base de relations-clients déjà existantes. De l'avis de M. Benz, les clients étrangers vont continuer à placer leurs fonds en Suisse. D'une part, parce que, ce faisant, ils tirent profit du savoir-faire unique helvétique en matière de produits et de stratégies d'investissement. D'autre part, cette clientèle doit aussi diversifier son patrimoine au niveau régional.

Sur la base de données recueillies par la société de conseil Boston Consulting, l'Association suisse des banquiers s'attend toujours à une croissance annuelle de 2,3 % de la fortune privée transfrontalière entre 2018 et 2023. Par rapport à d'autres places financières, cette croissance demeure cependant modeste, Pour Hong Kong et Singapour, devant par exemple afficher dans le même temps des bonds de 7,8% et 7,3%, respectivement.

/ATS