L'USAM exige une reprise des activités sociales et économiques

L'approche de la crise par le Conseil fédéral repose presque exclusivement sur des considérations ...
L'USAM exige une reprise des activités sociales et économiques

L'USAM exige une reprise des activités sociales et économiques

Photo: KEYSTONE/DPA/TOM WELLER

L'approche de la crise par le Conseil fédéral repose presque exclusivement sur des considérations sanitaires, selon l'Union suisse des arts et métiers (USAM). L'organisation faîtière des PME a livré lundi devant la presse une 'évaluation critique de la situation'.

L'organisation a évalué les instruments politiques et les mesures engagées afin d'être 'mieux armés' contre la crise actuelle et celles à venir. Bilan de l'exercice: 'La politique économique et financière ou les questions sociales n’ont pas été prises en compte', résume l'USAM.

La crise du coronavirus constitue 'un stress-test' pour la Suisse, son économie et son système socio-politique, a souligné Hans-Ulrich Bigler, directeur de l’USAM, durant la conférence de presse virtuelle. Le véritable défi dans la gestion de la pandémie 'consiste à pondérer des objectifs contradictoires et à trouver un équilibre entre les enjeux et les intérêts', écrit la faîtière dans la documentation accompagnant la conférence de presse.

'Fin immédiate' des restrictions

Le confinement, qu'il soit total ou partiel, constitue une 'violation flagrante de cet équilibre'. Raison pour laquelle l'organisation exige 'la fin immédiate' des restrictions des activités économiques et sociales.

Elle appelle à revenir à une logique de 'protection ciblée telle que prévue par la loi Covid-19', basée sur le dépistage, la vaccination, le traçage des contacts et la mise en place de concepts de protection. 'Ces mesures équilibrées permettraient de rouvrir notre économie et de revenir à une vie sociale saine', a souligné Hans-Ulrich Bigler.

Approche 'unilatérale' de l'OFSP

Quant aux organes de gestion de pandémie, l'USAM estime que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a pris trop de place dans le processus décisionnel. Pour l'USAM, son approche jugée 'unilatérale' a abouti à des mesures' disproportionnées' et à un semi-confinement 'préjudiciable à l’économie, aux finances publiques et à la société dans son ensemble'.

Fabio Regazzi, conseiller national (Le Centre/TI) et président de l'USAM a reproché à la task force scientifique de jouer un 'rôle discutable', en prenant publiquement positions sur divers sujets. Elle se comporte comme 'un lobbyiste ordinaire et n'a aucune légitimité démocratique', a-t-il souligné. 'Nous considérons clairement qu'elle fait partie du problème et non de la solution', a-t-il déclaré.

Quant aux progrès à réaliser à l'avenir, André Berdoz, vice-président de l'USAM, a pointé durant la conférence de presse un 'énorme retard' en matière de numérisation, notamment dans le secteur des soins. L'USAM souhaite que des partenariats publics-privés soient mis en place. 'Contrairement à la Confédération les entreprises privées maîtrisent la numérisation', a-t-il lancé.

'Faux pas'

'Nos plus grands faux pas' se situent au niveau de la structure et du contrôle de la gouvernance, de la gestion des conflits d’objectifs et des conditions-cadres, a estimé pour sa part Diana Gutjahr, conseillère nationale (UDC/TG) et membre du comité directeur de l'USAM.

L'USAM propose la création de délégations lorsqu'une situation particulière est déclarée, autant pour le Conseil fédéral que pour le Parlement 'afin d'assurer l'équilibre des pouvoirs' et 'garantir la légitimité démocratique'. Parallèlement, un état-major doit être mis en pace, constitué des différents départements, offices fédéraux, cantons, acteurs de la société civile, dont les partenaires sociaux, a expliqué Mme Gutjahr.

Renforcer la démocratie

La procédure de consultation des ordonnances doit aussi être révisée selon l'USAM, et surtout être écourtée en période particulière. La délégation parlementaire doit pouvoir rejeter les ordonnances. L'USAM prévoit de présenter ces propositions d'amendements lors des délibérations parlementaires, a ajouté la conseillère nationale.

'Une démocratie résiliente passe avec succès le stress-test et sait faire face aux crises. Nous constatons donc que la résilience de la démocratie suisse doit être renforcée,' a finalement résumé Hans-Ulrich Bigler.

/ATS