Hamas: le ministre israélien de l'économie remercie la Suisse

Israël est extrêmement satisfait de la proposition du Conseil fédéral d'interdire pendant cinq ...
Hamas: le ministre israélien de l'économie remercie la Suisse

Hamas: le ministre israélien de l'économie remercie la Suisse

Photo: KEYSTONE/AP/SEBASTIAN SCHEINER

Israël est extrêmement satisfait de la proposition du Conseil fédéral d'interdire pendant cinq ans le Hamas. Le ministre israélien de l'économie Nir Barkat a relayé mardi à Abou Dhabi ses remerciements à la secrétaire d'Etat Helene Budliger Artieda.

'C'est la bonne chose à faire', a-t-il dit dans un entretien à Keystone-ATS, AFP et Reuters en marge de la ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). 'Je suis impressionné' par l'attitude du Conseil fédéral, ajoute-t-il.

Il y a une semaine, le Conseil fédéral a ouvert jusqu'à fin mai la consultation sur un projet d'interdire le mouvement islamiste et ses organisations apparentées pendant cinq ans.

La rencontre avec la secrétaire d'Etat a duré plus longtemps que prévu. Les relations bilatérales ont été abordées. L'Etat hébreu ne s'attend pas à pouvoir acheter de l'armement suisse.

'Nous cherchons à partager notre savoir-faire. Et non l'inverse', affirme le ministre. 'Ils ont leurs restrictions en tant que pays neutre. Nous le respectons, il n'y a pas de problème', dit-il.

Coût de la guerre à 41 à 56 milliards

Et plus largement, l'Etat hébreu souhaite étendre les relations avec la Suisse. 'Nous sommes très complémentaires', selon lui. 'Nous sommes perturbants, ils sont très méthodiques', ajoute le ministre israélien.

M. Barkat ne semble pas inquiet pour les effets du conflit actuel à long terme sur l'économie israélienne. La Banque centrale israélienne avait affirmé ces derniers mois que le coût de 2023 à 2025 atteindrait 53 milliards de dollars.

Le gouvernement anticipe une fourchette entre 41 et 56 milliards, soit une augmentation de points de pourcentage du rapport entre la dette et le Produit intérieur brut (PIB), affirme de son côté le ministre. Un effet similaire à celui pendant la pandémie liée au coronavirus.

'Au début, des milliards étaient perdus chaque jour', explique-t-il. Mais seuls les militaires actifs combattent encore après quatre mois de guerre et les autres ont regagné leur activité.

Chaque conflit dans lequel Israël a été actif a provoqué d'abord des difficultés économiques avant une 'énorme relance' grâce à des innovations technologiques notamment. 'Cela pourrait prendre un peu plus de temps' cette fois-ci, admet-il.

Relations commerciales pas affectées

Les relations commerciales avec la région et plus larges n'ont pas été affectées, estime M. Barkat. 'Il n'y a pas eu de changement', dit-il. Et d'ajouter avoir pu constater à Abou Dhabi que la plupart des pays comprennent les défis auxquels l'Etat hébreu est confronté. Selon lui, Israël va devenir avant-gardiste sur la sécurité après la guerre et cette situation attire 'un intérêt important' de plusieurs pays.

Mardi, la secrétaire américaine au trésor Janet Yellen a affirmé que l'Etat hébreu avait accepté de reprendre son versement des revenus fiscaux qui reviennent à l'Autorité palestinienne pour financer les prestations et stimuler l'économie de la Cisjordanie. Elle ajoutait que les transactions ont déjà commencé.

'Je ne suis pas au courant', dit M. Barkat. Outre la situation de la région, il a multiplié les dialogues avec ses homologues sur les défis de l'OMC lors de cette ministérielle émiratie.

/ATS
 

Actualités suivantes