Goldman Sachs regroupe banquiers d'affaires et traders

Goldman Sachs, qui a vu son bénéfice chuter au troisième trimestre, a annoncé mardi une vaste ...
Goldman Sachs regroupe banquiers d'affaires et traders

Goldman Sachs regroupe banquiers d'affaires et traders

Photo: KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE

Goldman Sachs, qui a vu son bénéfice chuter au troisième trimestre, a annoncé mardi une vaste réorganisation de ses activités prévoyant entre autres de regrouper dans une même division ses banquiers d'affaires et ses traders.

Le PDG de la firme de Wall Street, David Solomon, a expliqué vouloir procéder à un 'réalignement' des divers services proposés à ses clients.

L'établissement va désormais se diviser en trois unités: l'une consacrée à la gestion d'actifs et de fortune, l'autre aux activités de conseil et de banque aux grandes entreprises et aux marchés financiers, et une troisième à ses plateformes en ligne.

Cette dernière comprendra notamment la fintech Greensky, spécialisée dans l'octroi de crédits à la consommation, ainsi que les partenariats avec d'autres entreprises comme Apple.

L'objectif est notamment de faire croître les commissions tirées de la gestion d'actifs et de fortune, moins dépendants des aléas économiques que les activités de trading ou de banque d'affaires.

Goldman Sachs avait déjà procédé à une vaste réorganisation en janvier 2020, quand le groupe voulait se diversifier en mettant l'accent sur ses activités de services aux particuliers. Cela avait alors donné lieu à la création de quatre divisions: les marchés financiers, la banque d'investissement, la gestion d'actifs et la gestion de fortune/banque de détail.

'Les fondamentaux, vraiment, ne changent pas', a affirmé M. Solomon dans une interview sur CNBC mardi. 'Les dirigeants vont bouger à de nouveaux postes mais ce sont les mêmes dirigeants', a-t-il ajouté.

Au vu de l'environnement économique, 'je pense que c'est le moment d'être prudent, et je pense que si vous dirigez une entreprise basée sur le risque, c'est le moment de réfléchir plus prudemment à votre risque, à votre appétit pour le risque', a par ailleurs remarqué M. Solomon.

Chances de récession

Au troisième trimestre, le bénéfice net de la banque a plongé de 44%, à 2,96 milliards de dollars.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, le critère de référence à Wall Street, il s'est affiché à 8,25 dollars, au-dessus des 7,69 dollars attendus.

Le chiffre d'affaires de la banque a, lui, reculé de 12%, à 11,98 milliards. Il est aussi supérieur aux prévisions des analystes.

La baisse des résultats est surtout dûe à la moindre activité des banquiers conseillant les entreprises pour les entrées en Bourse, les levées de fonds ou les opérations de fusions-acquisitions, leurs commissions plongeant de 57%.

Les revenus générés par la gestion d'actifs ont aussi chuté, de 20%.

L'activité des traders de Goldman Sachs sur les marchés a en revanche progressé, de 11%, grâce à la hausse des échanges sur les marchés des obligations, des matières premières et des devises (+41%). Le trading sur les marchés actions a de son côté reculé de 14%.

La division dédiée à la banque de détail et à la gestion de fortune a pour sa part vu son chiffre d'affaires progresser de 18%.

La banque a par ailleurs augmenté ses provisions pour créances irrécouvrables de 515 millions de dollars afin de prendre en compte la croissance de son portefeuille exposé aux consommateurs, les impayés et 'l'impact continu des inquiétudes liées aux perspectives économiques'.

'Il faut maintenant s'attendre à plus de volatilité à l'avenir', a remarqué M. Solomon sur CNBC. 'Cela ne signifie pas avec certitude que nous allons avoir un scénario économique vraiment difficile. Mais en termes de probabilités, il y a de bonnes chances que nous ayons une récession aux États-Unis', a-t-il ajouté.

Les dépenses opérationnelles de Goldman ont pour leur part augmenté de 17% sur la période, tirées en partie par la hausse des rémunérations de ses employés.

L'action prenait plus de 3% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York.

Goldman Sachs est la dernière grande banque américaine à dévoiler ses résultats. Toutes ont vu leurs bénéfices nets reculer, en particulier en raison de l'activité au ralenti de leurs banquiers d'affaires, mais ont en général fait mieux que prévu avec des clients conservant encore, pour l'instant, une santé financière correcte.

Elles ont mis un peu plus d'argent de côté pour faire face aux éventuels impayés mais bien moins qu'au début de la pandémie.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus