Genève: plateforme de neurosciences cellulaires humaines inaugurée

Une plateforme de neurosciences cellulaires humaines, NeuroNA, soutenue par la fondation du ...
Genève: plateforme de neurosciences cellulaires humaines inaugurée

Genève: plateforme de neurosciences cellulaires humaines inaugurée

Photo: KEYSTONE/Valentin Flauraud

Une plateforme de neurosciences cellulaires humaines, NeuroNA, soutenue par la fondation du même nom, a été inaugurée lundi à Genève. Elle vise à mieux comprendre les troubles neurodéveloppementaux et psychiatriques en utilisant des organoïdes de cerveau.

Notre connaissance de la structure et du fonctionnement du cerveau des animaux de laboratoire est très avancée, mais nous manquons terriblement d’information sur le cerveau humain, beaucoup plus grand et sophistiqué, et sur la façon dont son assemblage se dérègle dans des conditions telles que l'autisme et la schizophrénie, a indiqué la fondation dans un communiqué.

'Les principes fondamentaux de fonctionnement des cellules neuronales et des cellules gliales semblent être, pour autant qu’on puisse le dire, semblables entre humains et rongeurs. Cependant, les rongeurs ne présentent pas spontanément de maladies psychiatriques', souligne Pierre J. Magistretti, professeur émérite de neurosciences et de psychiatrie (EPFL/UNIL/UNIGE).

Un des moyens de mimer le développement du cerveau est de voir ce qui se passe au moment de la mise en place de différents circuits qui le constituent. La plateforme vise donc à étudier des modèles de circuits neuronaux humains en trois dimensions.

Cellules reprogrammables

Pouvoir étudier des cellules humaines et leurs mécanismes moléculaires, c’est le chainon qui manquait à la recherche, ont indiqué les responsables du projet devant la presse. Les scientifiques entendent utiliser à cet effet des cellules pluripotentes induites qui peuvent se transformer et donner naissance à tous les types de cellules constituant un organisme adulte, y compris humain.

Ces cellules sont reprogrammables. Elles peuvent par exemple provenir à l’origine de la peau ou du sang d’une personne, en l’occurrence d’un patient si l’on souhaite étudier les mécanismes d’un trouble neurodéveloppemental ou d’une maladie psychiatrique.

Une fois différenciées en cellules du cerveau (neurones et glie), elles peuvent constituer des structures tridimensionnelles que l’on appelle organoïdes et qui reproduisent en partie la complexité cellulaire de certains circuits du cerveau. Cela devrait permettre aux chercheurs de comparer les propriétés des cellules issues de patients et de personnes saines.

Ce projet s'inscrit dans la continuité du Pôle de recherche national 'Synapsy', soutenu par le Fonds national suisse, qui de 2010 à 2022 a visé à rapprocher la recherche fondamentale de la psychiatre, a indiqué à Keystone-ATS le Pr Magistretti, qui en fut le premier directeur.

La Plateforme NeuroNA est d'ores et déjà en service au Campus Biotech à Genève. Elle a pu être mise sur pied en moins d’une année. La fondation entend également contribuer à la déstigmatisation des maladies neuropsychiatriques et des troubles neurodéveloppementaux en venant apporter des clés de compréhension des mécanismes biologiques qui les sous-tendent, selon le communiqué.

/ATS
 

Articles les plus lus