Echec des négociations autour de la restructuration de l'ats

Les négociations entre le conseil d'administration de l'ats et la délégation de la rédaction ...
Echec des négociations autour de la restructuration de l'ats

Echec des négociations autour de la restructuration de l'ats

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Les négociations entre le conseil d'administration de l'ats et la délégation de la rédaction ont échoué. Après quatre réunions, des divergences persistent sur des aspects essentiels du conflit. Le dernier mot pourrait revenir à l'organe de conciliation du SECO.

Une dernière ronde de négociations entre les partenaires sociaux de l'Agence télégraphique suisse (ats) s'est déroulée lundi matin, mais n'a pas permis de trouver un accord sur des points litigieux, a indiqué le conseil d'administration dans un communiqué. Le plan social constitue la principale pierre d'achoppement, selon les actionnaires.

L'offre du conseil d'administration, qualifiée de 'généreuse', propose de 'bonnes solutions' pour les douze personnes touchées par des mises à la retraite anticipée, selon le communiqué. Le montant global du plan social s'élève à 2,5 millions de francs, précise le conseil d'administration. Ce chiffre est cependant contesté par la commission de rédaction de l'ats (CoRé). Il pourrait être complété d'un fonds spécial doté de 100'000 francs pour les cas de rigueur.

Comme il l'a déjà indiqué vendredi dernier, le conseil d'administration souhaite désormais s'en remettre à l'Office fédéral de conciliation en matière de conflits collectifs du travail, dépendant du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Les décisions rendues par cette instance sont contraignantes uniquement si les deux parties ont accepté son intervention. Autrement, elles ne font qu'office de recommandations.

L'ensemble de la rédaction se réunira mercredi soir en assemblée générale pour se prononcer sur le résultat des négociations et sur une éventuelle entrée en matière pour la conciliation. Le cas échéant, les journalistes de l'agence devront, selon la loi, s'engager à respecter la paix sociale 'au moment où l'institution de l'office de conciliation sera notifiée aux parties', et ce durant 45 jours.

Les syndicats posent des conditions

Les syndicats estiment de leur côté que les principales revendications de la rédaction n'ont pas été remplies. Le recours à l'instance de conciliation du SECO mérite d'être envisagé. Mais la commission de rédaction et les syndicats posent comme condition préalable de suspendre toutes les mesures liées au plan de restructuration. Il ne faut pas que la direction puisse continuer de mettre le personnel devant des faits accomplis.

Ils réitèrent les principales exigences du personnel. A savoir réduire l'ampleur des licenciements jusqu'à ce qu'une stratégie rédactionnelle ait été définie pour l'ats, obtenir de meilleures conditions notamment pour les travailleurs proches de la retraite, reconnaître le rôle de service public de l'agence, utiliser les réserves de l'agence (plus de 16 millions de francs) pour couvrir le déficit de l'ats causé par les réductions de tarifs accordées aux clients.

La rédaction conteste l'ampleur et la rapidité de l'annonce des coupes (environ 36 postes sur un total de 150 équivalents plein temps dans la rédaction). L'agence a annoncé des pertes de recettes de 3,1 millions de francs pour l'année 2018. Celles-ci s'ajoutent à une perte de 1 million pour 2017. En cause, une baisse des tarifs et l'abandon de certains services par les clients. Pour la direction, ces pertes sont structurelles et rendent la restructuration inévitable.

/ATS