Deux décennies d'adrénaline à Niouc (VS)

Le pont suspendu de Niouc (VS) a célébré dimanche deux décennies de saut à l'élastique. Mais ...
Deux décennies d'adrénaline à Niouc (VS)

Deux décennies d'adrénaline à Niouc (VS)

Photo: Keystone

Le pont suspendu de Niouc (VS) a célébré dimanche deux décennies de saut à l'élastique. Mais la passerelle suspendue vieille de près d'un siècle n'avait pas même vocation à son origine.

Voué à la destruction, le pont a été racheté en 1981 par un particulier pour un franc symbolique. La création d'une association des amis du pont a permis sa rénovation et son changement d'affectation. Le premier saut à l'élastique est effectué en 1997, rappelle l'association des amis du pont suspendu de Niouc sur son site internet.

Le succès a été immédiat. Chaque année, 2000 personnes se jettent dans le vide depuis le pont. Et ces adeptes d'adrénaline viennent du monde entier. Il est vrai que le site ne manque pas d'atouts. La passerelle mesure 50 centimètres de large, 220 mètres de long. Engoncé entre deux parois rocheuses, le pont offre un vide de 190 mètres au-dessus de la rivière Navisence.

Offre élargie

Les activités ont, depuis quelques années, dépassé le seul saut à l'élastique. Du saut pendulaire et une tyrolienne sont également proposé. Des simulations de saut en parachute s'y font également. Les exploitants proposent aussi des stages pour apprivoiser la peur du vide et ont pour projet la création d'un parc suspendu. Des démonstrations des différents sauts sont au programme de la journée anniversaire de dimanche.

Construit en 1922, le pont n'en est pas véritablement un. Il s'agit en fait d'une conduite destinée à amener l'eau d'un bisse d'un côté à l'autre de la vallée d'Anniviers. La passerelle ne servait qu'à l'accès à la conduite pour son entretien. Après une première restauration à la fin des années 1980, le pont a connu un deuxième coup de jeune en 2014. Toutes les planches ont été changées, les points d'ancrage ont été restaurés et il a été entouré d'un filet pour améliorer la sécurité.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus