Des grévistes réquisitionnés pour débloquer des stocks de carburant

Le gouvernement français a mis sa menace à exécution: face aux grévistes de groupes pétroliers ...
Des grévistes réquisitionnés pour débloquer des stocks de carburant

Des grévistes réquisitionnés pour débloquer des stocks de carburant

Photo: KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER

Le gouvernement français a mis sa menace à exécution: face aux grévistes de groupes pétroliers déterminés à poursuivre leur grève pour les salaires, il a lancé une première réquisition pour débloquer un dépôt de carburant d'Esso-ExxonMobil, dans le nord-ouest du pays.

Face à la reconduction de la grève d'une partie du personnel à Port-Jérôme, en Normandie, le gouvernement lance la réquisition des personnels indispensables au fonctionnement du dépôt. La réquisition débutera ce jour', a indiqué à l'AFP le ministère de la Transition énergétique.

Quatre salariés d'ExxonMobil ont été réquisitionnés pour permettre le fonctionnement du dépôt normand de carburants de Port-Jérôme (nord-ouest), deux pour mercredi et deux pour jeudi matin, a souligné le ministère.

'L'arrêté préfectoral a été signé par le préfet de la région Normandie' et 'envoyé au directeur du site d'ExxonMobil de Port-Jérôme qui les a notifiés', a précisé le ministère, conformément à l'annonce de la première ministre la veille.

Les quelques grévistes indispensables au déblocage du carburant des cuves vont ainsi se voir contraints de venir travailler, sous peine de sanctions pénales.

Six raffineries sur sept

Malgré cette menace brandie la veille par la première ministre Elisabeth Borne, les grévistes ont décidé tôt mercredi de poursuivre leur mouvement, prolongeant les pénuries de carburant qui affectent la France entière.

Outre des dépôts de carburant, six des sept raffineries françaises étaient en grève mercredi: les quatre de TotalEnergies et les deux d'Esso-ExxonMobil.

Chez TotalEnergies, la grève dure depuis deux semaines et prend de l'ampleur. Dans l'ensemble des sites en mouvement, la grève a été reconduite mercredi avec 'quasiment 100% de grévistes parmi les opérateurs', a indiqué à l'AFP Eric Sellini, coordinateur CGT pour le groupe.

Au coeur des revendications: des hausses salariales, alors que l'inflation fait rage et que les groupes pétroliers réalisent des superprofits avec la flambée de la hausse des cours liée à la guerre en Ukraine.

Le syndicat CGT de TotalEnergies réclame ainsi 10% d'augmentation sur les salaires pour 2022, contre les 3,5% obtenus en début d'année.

Avec la poursuite du mouvement, les grévistes prennent le risque d'un épilogue brutal avec réquisition de certains d'entre eux pour faire redémarrer les usines, comme le précédent mémorable de 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Pour les dépôts, le redémarrage serait immédiat car assez simple, puisqu'il suffira d'ouvrir les vannes pour les camions. Mais 's'il y a réquisition pour redémarrer la production à la raffinerie, il faudra au moins deux semaines', explique Gil Vilard, de la CGT Esso.

'Galère'

Faute d'approvisionnement, un tiers des stations-service françaises manquaient d'un ou plusieurs carburants, et même près de 45% dans le nord du pays.

Partout sur le territoire, les mêmes scènes se reproduisaient: des stations-service fermées, d'interminables files d'attente, des prix en hausse et le moral des automobilistes en berne.

'L'essence, c'est trop important pour nous! Vous voyez, ça fait plus d'une semaine qu'on galère', témoignait Santiago, l'un des innombrables coursiers à 'galérer' pour faire le plein à Paris, comme tous ceux dont le véhicule est un outil de travail.

Face à ces files d'attente d'automobilistes exaspérés, interviewés en boucle sur les chaînes d'information, et sous le feu des critiques de l'opposition, le gouvernement a dégainé mardi la menace de la réquisition, pour l'instant seulement pour débloquer les dépôts d'Esso-ExxonMobil.

Un accord salarial y a en effet été conclu lundi par deux organisations syndicales, majoritaires à l'échelle du groupe, mais pas par le syndicat CGT à l'origine de la grève.

Mme Borne a également évoqué la possibilité de réquisitions chez TotalEnergies.

Le géant français a annoncé mercredi qu'il allait recevoir les syndicats représentatifs du groupe pétrolier, y compris la CGT, alors qu'il exigeait auparavant la levée des blocages pour recevoir ce syndicat.

Techniquement, il ne s'agira pas d'une réunion de 'négociations' sur les salaires mais de concertation et d'échange, a précisé la CGT.

En cas de réquisition, 'on ira devant les tribunaux pour les faire annuler', a averti Eric Sellini, tandis que la CGT d'Esso-ExxonMobil a dénoncé 'une remise en cause du droit de grève'.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a répété de son côté que les Français verraient une 'amélioration très sensible dans les prochains jours' des réserves de carburants dans les stations-services, grâce aux réquisitions de grévistes.

'Ensuite, pour qu'un retour à la normale complet puisse arriver, ça va prendre plusieurs jours', a-t-il ajouté.

/ATS
 

Actualités suivantes