Départ du premier bateau amenant de l'aide à Gaza par voie maritime

Le premier bateau empruntant un couloir maritime entre Chypre et la bande de Gaza pour livrer ...
Départ du premier bateau amenant de l'aide à Gaza par voie maritime

Un premier navire chargé de vivres en route pour Gaza

Photo: KEYSTONE/EPA

Un premier bateau chargé de vivres a quitté Chypre mardi pour la bande de Gaza au bord de la famine et bombardée quotidiennement par l'armée israélienne. Une agence de l'ONU a dénoncé une 'guerre contre les enfants' dans le territoire palestinien assiégé.

Quatre bateaux de l'armée américaine ont parallèlement quitté une base des Etats-Unis, avec une centaine de soldats et l'équipement nécessaire à la construction d'une jetée et d'un quai à Gaza pour l'acheminement de l'aide d'humanitaire. Le voyage doit prendre 30 jours environ et l'installation sera prête 'd'ici 60 jours'.

La communauté internationale cherche à diversifier les voies d'acheminement d'aides vers Gaza alors que la guerre entre Israël et le Hamas palestinien fait rage depuis plus de cinq mois sans espoir de trêve, longtemps espérée pour le mois de jeûne du ramadan qui a débuté lundi pour la plupart des musulmans.

Cette année, 'le ramadan a le goût du sang, de la misère, de la séparation et de l'oppression', s'est lamentée Oum Mohammed, une Palestinienne déplacée dans la ville de Rafah (sud), frappée par de graves pénuries de nourriture et d'eau potable.

'Population affamée'

Mardi, de nouveaux bombardements israéliens ont visé Rafah ainsi que la cité voisine de Khan Younès et Gaza-Ville dans le nord, selon des témoins. Les frappes ont fait au moins 72 morts en 24 heures, d'après le ministère de la Santé du Hamas.

Face à la catastrophe humanitaire, des pays arabes et occidentaux parachutent chaque jour depuis plus d'une semaine des aides et ont mis en place avec l'Union européenne un couloir maritime vers le territoire palestinien dévasté et assiégé par Israël depuis le 9 octobre.

Mais avec la grande majorité des 2,4 millions d'habitants de Gaza menacés par la famine, l'ONU répète que cette assistance ne peut se substituer à la voie terrestre, contrôlée par les autorités israéliennes et qui n'entre qu'au compte-gouttes.

'La population affamée de Gaza ne peut plus attendre', a dit la directrice du Programme alimentaire mondial, Cindy McCain. Selon le ministère de la Santé du Hamas, au moins 27 personnes sont mortes de malnutrition et de déshydratation, dont des enfants.

Navire d'Open Arms en route vers Gaza

Alors que la population attend désespérément de l'aide, un bateau appartenant à l'ONG espagnole Open Arms a quitté le port chypriote de Larnaca, distant d'environ 370 km de Gaza, en empruntant un couloir humanitaire mis en place par l'UE et plusieurs pays.

Le bateau remorque une barge chargée de 200 tonnes de vivres qui doivent être distribués à Gaza par l'organisation américaine World Central Kitchen, dont les équipes sur place ont commencé à construire une jetée pour débarquer la cargaison. Chypre, pays de l'UE le plus proche de Gaza, a annoncé préparer un deuxième chargement, 'bien plus grand'.

La semaine dernière, un haut responsable américain avait néanmoins souligné la nécessité d'un cessez-le-feu pour permettre aux partenaires humanitaires de distribuer 'en toute sécurité une aide vitale dans toute la bande de Gaza, à l'échelle nécessaire'.

Le Maroc a lui aussi annoncé avoir envoyé 40 tonnes d'aides via l'aéroport de Tel-Aviv au point de passage de Kerem Shalom, entre le sud d'Israël et le nord de Gaza. Un 'itinéraire terrestre inédit' selon Rabat.

'Cette guerre est une guerre contre les enfants', a écrit sur X le patron de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), Philippe Lazzarini. 'Vertigineux. Le nombre d'enfants présumés tués en seulement quatre mois à Gaza est plus élevé que le nombre d'enfants tués en quatre ans dans l'ensemble des conflits à travers le monde', a-t-il dit en référence aux chiffres de l'ONU selon lesquels 12'193 enfants ont péri dans des conflits dans le monde entre 2019 et 2022.

Pas de trêve en vue

En dépit de plusieurs sessions de négociations, les pays médiateurs -Etats-Unis, Qatar, Egypte- ne sont pas parvenus à arracher un accord de trêve accompagné d'une libération d'otages. 'Nous ne sommes pas près d'un accord', a déclaré le porte-parole de la diplomatie du Qatar, Majed al-Ansari, selon qui les discussions se poursuivent.

Considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'UE, le mouvement palestinien réclame un cessez-le-feu définitif et un retrait des troupes israéliennes avant tout accord. Ce qu'Israël refuse en exigeant une liste précise des otages encore vivants.

M. Netanyahu a répété mardi que 'pour gagner cette guerre, nous devons détruire les bataillons restants du Hamas à Rafah', où sont massés selon l'ONU près de 1,5 million de Palestiniens vivant dans l'angoisse d'une offensive terrestre israélienne. 'Nous détruirons le Hamas et libérerons nos otages (...).'

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus