Début du procès de l'ex-CEO de Falcon Bank

Le procès de l'ancien CEO de Falcon Private Bank débute ce matin devant le Tribunal pénal fédéral ...
Début du procès de l'ex-CEO de Falcon Bank

Début du procès de l'ex-CEO de Falcon Bank

Photo: KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI

Le procès de l'ancien CEO de Falcon Private Bank débute ce matin devant le Tribunal pénal fédéral. Le dirigeant et l'établissement, première banque suisse à comparaître à Bellinzone, répondent de blanchiment aggravé en lien avec le fonds souverain malaisien 1MDB.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) reproche à l'accusé, qui aura 65 ans en octobre, d'avoir transféré des fonds totalisant 133 millions d'euros vers des sociétés en Suisse et à l'étranger entre janvier 2012 et février 2016. En outre, 61 millions auraient été versés au profit de Khadem Al Qubaisi, qui présidait la banque.

Cet homme d'affaires émirati aurait utilisé cet argent pour acheter des voitures de luxe et des immeubles, notamment. Il est considéré par le MPC comme coauteur des malversations et fait l'objet d'une procédure séparée. La saisie de sa collection de bolides en 2018 à Genève avait fait grand bruit.

Milliards sur les comptes de Falcon

L'acte d'accusation du MPC décrit par le menu les opérations menées par le CEO de Falcon Bank afin de blanchir des montants soustraits au fonds souverain malaisien 1MDB. Selon la procédure 'd'enforcement' menée par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) en 2016, un total de 3,8 milliards de dollars en lien avec 1MDB ont transité sur des comptes de la banque privée, souvent pour peu de temps.

Le MPC, comme la FINMA, relève que des collaborateurs de Falcon se sont alarmés de ces transactions et des relations entretenues avec des personnalités politiquement exposées. L'accusé a ignoré les avertissements de ses subordonnés et a ordonné de procéder aux ordres.

Comme son CEO, la Falcon Bank est également accusée de blanchiment aggravé. Le MPC lui reproche en particulier d'avoir violé son devoir d'établir un système efficace de contrôle interne. La banque entend contester ces charges devant la Cour des affaires pénales.

La FINMA enquête

On estime que le fonds 1MDB a été délesté de plusieurs milliards de dollars au profit de ses dirigeants, d'hommes d'affaires proches du gouvernement malaisien ou d'officiels émiratis. La FINMA a procédé à des clarifications auprès de plusieurs banques suisses dans le cadre de l'affaire 1MDB.

Outre la procédure menée à l'encontre de Falcon Private Bank, cinq banques ont également fait l'objet de procédures. Falcon et la Banque de la Suisse italienne (BSI) ont cessé leurs activités à la suite de ce scandale.

Le procès est agendé sur toute la semaine. Le verdict est annoncé pour le 5 novembre. (cause SK.2020.21)

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus