Après un léger fléchissement, les coûts grimpent en flèche dès 2018

Les dépenses de santé vont continuer à grimper fortement, après un léger fléchissement en 2017 ...
Après un léger fléchissement, les coûts grimpent en flèche dès 2018

Après un léger fléchissement, les coûts grimpent en flèche dès 2018

Photo: Keystone/CHRISTIAN BEUTLER

Les dépenses de santé vont continuer à grimper fortement, après un léger fléchissement en 2017. Les coûts ont augmenté l'an dernier d'environ 3,5%, selon les dernières estimations du KOF. Pour 2018 et 2019, les taux devraient être de l'ordre de 3,8% et de 3,9%.

L'an passé, la croissance nominale des salaires s'est avérée faible et le nombre de personnes âgées a moins progressé que prévu, note, pour expliquer le fléchissement des dépenses par rapport à 2016 (+3,8%), le centre de recherches conjoncturelles de l'EPF de Zurich dans ses prévisions présentées mardi à Berne. L'évolution totale de la population a aussi été inférieure à celle des années précédentes.

La surveillance des coûts de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans le domaine de l'assurance maladie obligatoire suggère une hausse modérée des dépenses à ce niveau (+3,3%, contre +4,4% en 2016 et +5,3% en 2015), ajoute le KOF. Un indice pour la hausse de primes qui sera révélée à l'automne. Pour 2018 et 2019, les dépenses dans ce domaine devraient à nouveau monter en flèche, à 4,2% et 4,3%.

Hausses plus fortes

Les dépenses globales de santé promettent aussi de grimper de plus belle dès 2018, où une progression de 3,8% par rapport à l'année précédente est prévue. Cette estimation s'explique par la hausse un peu plus forte des salaires ainsi que l'accroissement du nombre de personnes âgées, mais aussi l'efficacité de mesures politiques destinées à infléchir la croissance des coûts, souligne le KOF.

La révision du prix des médicaments devrait par exemple permettre d'économiser jusqu'à 180 millions de francs dès 2018. Le Conseil fédéral a aussi imposé les nouveaux tarifs médicaux, faute d'accord entre les assureurs et les fournisseurs de prestations. L'économie devrait se monter à 470 millions dès 2018 grâce à cette adaptation.

Le KOF est d'avis que la progression des salaires devrait se poursuivre en 2019, de même que l'augmentation du nombre de personnes âgées. Par ailleurs, des économies supplémentaires, quoique mineures, sont à prévoir à la suite de différentes mesures destinées à privilégier l'ambulatoire par rapport au stationnaire. Ce potentiel d'économies est estimé à 90 millions par an dès 2019.

En calculant par habitant, les prochaines hausses des coûts de la santé seront de 9851 francs en 2017, 10'131 francs en 2018 et 10'429 francs en 2019, a également fait savoir le KOF dans ses prévisions.

/ATS
 

Actualités suivantes