Alain Berset plaide pour davantage de collaboration internationale

L'année 2018 doit être celle où l’on réaffirme l’importance de la collaboration internationale ...
Alain Berset plaide pour davantage de collaboration internationale

Alain Berset plaide pour davantage de collaboration internationale

Photo: Keystone/LAURENT GILLIERON

L'année 2018 doit être celle où l’on réaffirme l’importance de la collaboration internationale et du multilatéralisme, a dit mardi le président de la Confédération Alain Berset en ouvrant le WEF à Davos (GR). Il a aussi plaidé pour un Etat qui encadre et qui protège.

'Nous sommes confrontés à de multiples défis', a relevé M. Berset, Parmi ceux-ci figurent l’émergence d’instabilité dans de nombreuses régions du monde et des conflits armés qui durent, qui déstabilisent des sociétés et des économies entières. Ils aboutissent aussi à des déplacements massifs de population et entretiennent le terrorisme.

Sans oublier le changement climatique et les inégalités au niveau mondial. Pour réduire ces incertitudes et garantir la sécurité et le bien-être de la population, il faut un engagement fort des institutions internationales en faveur de la sécurité, de la paix, des droits de l’homme.

Et pourtant la tendance, dans différents endroits du monde, va dans le sens contraire, selon le socialiste: plutôt vers un repli sur soi, un regain des nationalismes et une certaine méfiance à l’égard du multilatéralisme et du libre-échange. Et ces évolutions contribuent à creuser les fractures plutôt que de les réduire.

Illusion entretenue

La forte croissance de l'économie globale entretient l'illusion que les mouvements nationaliste et protectionniste ne sont qu'une phase transitoire. Mais ce n'est pas le cas, a mis en garde le président de la Confédération.

'Je suis convaincu qu’il faut au contraire promouvoir la collaboration internationale', a-t-il poursuivi. Pour soutenir les perspectives de stabilité politique, de bonne gouvernance et de développement économique. Parce que si la méfiance générale continue de s’accroître, ce sont justement les plus pauvres, les plus fragiles qui en seront les premières victimes.

Un Etat qui protège

'Celui qui a peur ne collabore pas mais il se renferme. La confiance que notre population doit avoir dans un Etat qui encadre et qui protège sont donc essentiels pour garantir l’ouverture, les échanges et la collaboration', a plaidé M. Berset.

Le ministre de l'intérieur a suggéré des pistes pour lutter contre les causes du malaise, du ressentiment et de la colère d'une partie des populations. Selon lui, il faut notamment miser sur l'inclusion sociale et fournir des opportunités pour tous en matière de formation.

Meilleures sont ces opportunités, et plus grande est la force innovative d'un pays, et plus les femmes sont bien placées dans le marché du travail, plus forte est l'économie. Nous avons toutefois besoin d'un équilibre entre l'économie et le politique, a souligné Alain Berset. De même que nous avons besoin d'un équilibre entre la compétitivité et la solidarité sociale.

/ATS
 

Actualités suivantes