Les CFF n'excluent pas de nouvelles perturbations

Les CFF examinent des pistes pour éviter que les rails ne se déforment sous l'effet des hautes ...
Les CFF n'excluent pas de nouvelles perturbations

Les CFF n'excluent pas de nouvelles perturbations

Photo: KEYSTONE/URS FLUEELER

Les CFF n'excluent pas de nouvelles perturbations du trafic lors de la deuxième grosse vague de chaleur qui va s'abattre sur la Suisse dès mardi. Ils examinent des pistes pour éviter que les rails ne se déforment sous l'effet des hautes températures.

De manière générale, le réseau ferroviaire est conçu de manière à fonctionner qu'il fasse chaud ou froid, ont indiqué lundi les CFF devant la presse à Olten (SO). Mais des températures extrêmes peuvent poser des problèmes. C'est pourquoi de nouvelles perturbations sont possibles dans les jours et les mois qui viennent. C'est pourquoi de nouvelles perturbations sont possibles dans les jours et les mois qui viennent.

En période de canicule, les rails peuvent atteindre une température de 80 degrés et se déformer. Les CFF enregistrent trois à sept cas par an. C'est ce qui s'est passé le 27 juin dernier lors d'un premier épisode de chaleur intense. Les rails se sont déformés dans plusieurs endroits de Suisse, notamment sur l'une des quatre voies du tronçon très fréquenté entre Berne et Berne-Wankdorf. Le 6 juillet, le trafic entre Genève et la France a été interrompu pour la même raison.

Traverses en béton et peinture blanche

Il est possible de refroidir les rails en les arrosant d'eau à l'aide d'un wagon-citerne ou en ralentissant la vitesse des trains sur le tronçon concerné. Mais les CFF examinent désormais d'autres pistes pour pallier le problème plus efficacement. L'une d'elles consiste à recourir à des traverses en béton plutôt qu'en bois, ce qui se fait de plus en plus.

L'ex-régie fédérale étudie aussi la possibilité de peindre le côté des rails en blanc. Une étude de l'EPFZ a montré que cette mesure pouvait abaisser leur température de sept degrés. Les CFF sont en contact avec d'autres entreprises ferroviaires ayant déjà des expériences en la matière. Un groupe d'experts interne rendra ses recommandations à la fin de l’été.

Troisième mesure envisagée: augmenter la température « de neutralisation », c'est-à-dire la température à laquelle un rail est chauffé avant d'être mis en place sur le ballast. Celle-ci pourrait être relevée de cinq degrés, afin de minimiser les forces en présence entre les rails, les traverses et le ballast résultant des variations de température.

Plus de climatiseurs

Il n'y a pas que les rails qui chauffent lors de canicules: il s'agit également de refroidir l'intérieur des trains pour le confort des passagers. Actuellement, 7200 appareils de climatisation équipent plus de 4100 véhicules et 94% des trains voyageurs sont climatisés. D'ici à 2020, les CFF veulent que la climatisation soit installée dans 97% des trains grandes lignes.

Le thermomètre affichera 33 à 35 degrés au maximum en Suisse dès mardi, avec des pics de 36 à 38 degrés au nord du pays. Cette vague de chaleur durera au moins jusqu'à vendredi, selon MétéoSuisse.

/ATS

 

Actualités suivantes