Un Suisse sur sept a déjà été exposé à des cyberattaques

Environ un million de personnes en Suisse ont déjà subi une attaque sur internet, selon une ...
Un Suisse sur sept a déjà été exposé à des cyberattaques

Un Suisse sur sept a déjà été exposé à des cyberattaques

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Environ un million de personnes en Suisse ont déjà subi une attaque sur internet, selon une étude réalisé par gfs-zürich. Des résultats qui soulignent l'importance des mesures nationales de sensibilisation, avertit ICTswitzerland dans un communiqué jeudi.

Si ces attaques ont entraîné des préjudices financiers ou des troubles émotionnels, plus de la moitié des personnes touchées estiment tout de même être suffisamment informées pour pouvoir se protéger contre de telles attaques. 'Cette contradiction avec la réalité des dommages subis témoigne de l’importance des mesures de sensibilisation à l’échelle nationale', précise ICTswitzerland qui fait partie des mandataires de l'étude.

'La répression seule ne suffit pas pour lutter contre la cybercriminalité. Des concepts de prévention innovants sont nécessaires', explique le chef de la section cybercriminalité au sein de la police cantonale de Zurich et président de la Swiss Internet Security Alliance (SISA), Daniel Nussbaumer.

Changer de mot de passe

Car selon l'étude, même les personnes qui disent mal connaître la cybersécurité se sentent en sécurité lorsqu'elles surfent sur internet. Et la moitié des internautes utilisent le même mot de passe sur plusieurs, voire l'ensemble, des sites qu'ils consultent.

Des résultats qui inquiètent les mandataires de l'étude. 'Les mots de passe sécurisés sont la base d’un comportement responsable sur internet. Il faut utiliser un mot de passe différent pour chaque compte en ligne', rappelle Katja Dörlemann, spécialiste en sensibilisation chez Switch.

Alors que 92% des sondés possèdent au moins un appareil connecté, les mandataires s'accordent sur l'importance de la sensibilisation du public. 'Des mesures allant dans ce sens sont prévues dans le plan de mise en œuvre de la stratégie nationale de protection de la Suisse contre les cyberrisques (SNPC) et seront soutenues par l’ensemble des parties prenantes', précise Pascal Lamia, directeur de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI).

Le sondage de gfs-zürich a été réalisé du 25 janvier au 15 février 2019. L’institut a interrogé 1000 adultes de Suisse alémanique et romande sur le thème 'La sécurité sur Internet'. Cette enquête a été mandatée par l’association faîtière ICTswitzerland, l'ISSS, la SATW, la SISA, swissICT et SWITCH, en collaboration avec MELANI.

/ATS