Vaccination: Vaud veut accélérer le rythme mais manque de doses

Les autorités vaudoises se défendent d'avancer plus lentement que d'autres cantons dans la ...
Vaccination: Vaud veut accélérer le rythme mais manque de doses

Vaccination: Vaud veut accélérer le rythme mais manque de doses

Photo: KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

Les autorités vaudoises se défendent d'avancer plus lentement que d'autres cantons dans la vaccination face au Covid-19. Elles disent miser sur une montée progressive avec, parmi les nouvelles annonces, l'ouverture à terme d'un grand centre de vaccination à Beaulieu.

'Ce n'est pas un concours de beauté!', a déclaré Oliver Peters, responsable du plan vaudois de vaccination, critiquant les comparaisons effectuées ces derniers jours entre cantons. Tandis que certains cantons ont rapidement administré leurs premières doses, d'autres comme Vaud le font de manière calculée, a-t-il expliqué vendredi lors d'une conférence de presse.

'Nous voulons toujours être en mesure de pouvoir donner la deuxième dose', nécessaire à une bonne efficacité du vaccin, a indiqué M. Peters. Il a raconté avoir reçu des appels de certains cantons qui, partis trop vite, n'arrivaient plus à assurer les deuxièmes rendez-vous.

Le responsable a surtout mis en garde face à 'une rupture des stocks' qui pourrait intervenir début mars, au vu de la planification actuelle de livraisons prévue par la Confédération. La baisse de production et de livraison du vaccin de Pfizer est notamment en cause.

Beaulieu réquisitionné

'Faute de vaccins disponibles, nous ne pouvons pas actuellement aller plus vite', a renchéri Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite. Il a notamment relevé que l'ouverture d'un nouveau grand centre de vaccination, sur le site de Beaulieu à Lausanne, avait dû être retardée.

Ce centre pourrait toutefois devenir opérationnel en trois à cinq jours lorsque les vaccins seront suffisamment nombreux. A pleine capacité, il tournera à 2000 vaccinations par jour, contre 1100-1200 par jour pour celui du CHUV. Deux autres centres dans les régions de Montreux et Echallens pourront aussi ouvrir à terme.

Pour mémoire, quatre centres sont déjà actifs en terre vaudoise au CHUV à Lausanne, Yverdon, Morges et Gland. Deux autres ouvriront lundi à Payerne et Rennaz.

Il est également prévu, dès la semaine prochaine, d'impliquer les médecins traitants lors d'une phase pilote, a annoncé la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz. Les pharmacies, CMS et autres cliniques privées viendront aussi s'ajouter progressivement au dispositif.

Quant aux équipes mobiles, elles continuent leur mission dans les quelque 200 EMS du canton, où toutes les deuxièmes doses devraient avoir été administrées entre le 5 et le 15 mars.

Objectif atteint

'Nous attendons impatiemment de tourner à plein régime dans tout le canton', a poursuivi Rebecca Ruiz. Elle a affirmé, elle aussi, qu'il n'était actuellement pas possible d'aller plus vite. 'Notre dispositif s'adapte à la rareté des ressources', a-t-elle dit.

La ministre de la santé s'est toutefois réjouie d'avoir pu, jusqu'ici, 'largement atteindre' les objectifs fixés en début de campagne de vaccination. Ces dix derniers jours, 1400 injections par jour ont pu en moyenne être effectuées, alors que le canton voulait en faire 1000 par jour lors de cette phase de démarrage.

Rebecca Ruiz, tout comme sa collègue Béatrice Métraux, a reconnu que quelques couacs avaient émaillé les premières vaccinations vaudoises, principalement pour la prise de rendez-vous. 'Nous comprenons les réactions négatives et corrigeons quotidiennement notre dispositif', a affirmé Mme Métraux. Elle a demandé à la population de 's'armer de patience' et de réaliser 'le défi logistique immense' que représente cette campagne de vaccination.

/ATS