Une proche de Biden au sommet de diplomatie scientifique à Genève

La Maison Blanche va dépêcher une conseillère à un sommet sur la diplomatie scientifique en ...
Une proche de Biden au sommet de diplomatie scientifique à Genève

Une proche de Biden au sommet de diplomatie scientifique à Genève

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La Maison Blanche va dépêcher une conseillère à un sommet sur la diplomatie scientifique en octobre à Genève. Des centaines de dirigeants d'organisations internationales, du secteur privé et du monde de la recherche seront réunis.

Parmi les personnes attendues à ce premier sommet du Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA) figurent notamment la Haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou encore le Prix Nobel de physique Didier Queloz. Du 7 au 9 octobre, de nombreux ateliers seront prévus au Campus Biotech.

La Suisse sera représentée par son nouvel émissaire de la diplomatie scientifique Alexandre Fasel. Côté américain, le président Joe Biden envoie l'une de ses principales conseillères scientifiques, la directrice adjointe du nouveau Bureau pour la politique scientifique et technologique Alondra Nelson, ont précisé lundi les organisateurs.

Parmi les composantes attendues, le GESDA va dévoiler son radar sur les solutions, un indice annuel pour évaluer l'impact des futures avancées scientifiques sur les 5 à 25 années qui suivent. Sur des questions allant de l'intelligence artificielle (IA) à l'éco-régénération en passant par l'augmentation humaine et l'anticipation scientifique.

CERN, IA ou accord international

Le GESDA explore des actions concrètes comme un CERN informatique, une cour mondiale pour les plaintes scientifiques, un accord international et une organisation pour des standards sur l'IA ou encore un effort pour accélérer la décarbonisation de l'économie. Des thématiques prévues en octobre, aux côtés des mécanismes de financement et de développement établis sur les avancées scientifiques ou la contribution de la science au multilatéralisme.

Le sommet doit être ouvert par le président de la fondation Peter Brabeck-Letmathe et la directrice générale de l'ONU à Genève Tatiana Valovaya. Et l'ONU sera largement représentée avec le directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) Daren Tang, le secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT) Houlin Zhao ou encore la cheffe scientifique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Soumya Swaminathan.

Fin 2019, juste avant la pandémie, le GESDA, lancé à la fois par les autorités fédérales, cantonales et municipales, avait lui dévoilé ses priorités. Le Conseil de fondation s'était alors donné 30 mois pour devenir une start-up de diplomatie scientifique multilatérale. Le GESDA est censé faire l'année prochaine des propositions concrètes sur des avancées aux trois collectivités qui le financent pour être reconduit.

/ATS
 

Actualités suivantes