Une commission de l'Eglise réformée reconnaît les abus de Locher

L'ancien président de l'Eglise évangélique réformée, Gottfried Locher, a porté atteinte à l'intégrité ...
Une commission de l'Eglise réformée reconnaît les abus de Locher

Une commission de l'Eglise réformée reconnaît les abus de Locher

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

L'ancien président de l'Eglise évangélique réformée, Gottfried Locher, a porté atteinte à l'intégrité sexuelle, spirituelle et psychologique d'une ancienne collaboratrice, reconnaît mercredi la commission d'enquête temporaire. Les abus de tous types sont manifestes.

Selon les conclusions de la commission temporaire, l'attitude de M. Locher était abusive, a expliqué aux médias sa présidente Marie-Claude Ischer. 'Les messages étaient contradictoires, les relations personnelles et professionnelles n'étaient pas clarifiées.'

Par ailleurs, la posture de non-collaboration de l'ancien président dans cette crise n'est pas acceptable. 'L'intimidation vis-à-vis du conseil n'est pas digne d'un président d'une institution ecclésiale', a poursuivi Mme Ischer.

Juste décision

Pour la nouvelle présidente de l'Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS), Rita Famos, il est juste que la plainte ait été traitée de manière consciencieuse. Rien ne doit être étouffé. Les plaintes doivent être prises au sérieux et traitées de manière professionnelle, à tous les échelons de l'Eglise.

Pour Mme Ischer, la plaignante doit obtenir une juste reconnaissance sociale, financière et personnelle. Rita Famos s'est excusée auprès d'elle. Les événements sont regrettables. Ils ont ébranlé l'institution.

Recommandations

La commission estime que l'EERS porte une part de responsabilité dans le comportement de M. Locher et propose au synode de modifier divers règlements. La commission a formulé dix-sept recommandations d'ordre institutionnel, juridique, financier, déontologique, ainsi que de l'éthique procédurale.

'Il en va du bien des collaborateurs et de la réputation de l'institution', a expliqué Marie-Claude Ischer. Elle veut notamment proposer des formations continues à tout le personnel.

Mme Famos a rappelé que l'Eglise avait déjà pris des mesures. notamment pour protéger l'intégrité des collaborateurs et des membres de l'Eglise.

Démission

Le président de l'EERS Gottfried Locher a démissionné de son poste à la fin mai après que douze théologiens ont publié une lettre ouverte mettant en cause son comportement. Ils indiquaient que cette affaire concerne une violation de l'intégrité sexuelle et psychologique. La presse alémanique a évoqué des comportements abusifs dans le cadre de relations de travail.

Un membre du conseil a démissionné en raison d'une possible partialité dans cette affaire. Une instance externe a été mandatée pour procéder à une enquête indépendante.

M. Locher occupait la présidence depuis 2011. La pasteure Rita Famos a été élue à sa place début novembre 2020. Son mandat durera de 2021 à 2022. Elle s'était déjà présentée il y a trois ans. Elle avait été battue par Gottfried Locher. En 28 ans, Rita Famos a occupé diverses fonctions au sein de l'Eglise réformée. Depuis 2013, elle dirige un département de l'Eglise réformée de Zurich.

L'Eglise évangélique réformée de Suisse a remplacé le 1er janvier à la Fédération des Eglises protestantes (FEPS).

/ATS