Un individu a tenu la police en alerte à Nendaz VS

Un habitant de Brignon, sur la commune de Nendaz (VS), a tenu la police en alerte durant 24 ...
Un individu a tenu la police en alerte à Nendaz VS

Un individu a tenu la police en alerte à Nendaz VS

Photo: Keystone

Un habitant de Brignon, sur la commune de Nendaz (VS), a tenu la police en alerte durant 24 heures. Retranché dans sa maison, l'homme a laissé entendre qu'il possédait des explosifs.

La police est intervenue dimanche matin vers 09h00, alertée par des habitants qui entendent des détonations. La police bloque la zone. L'individu se retranche dans sa maison. Toutes tentatives de discussion pour connaître les intentions du forcené échouent, indique le porte-parole de la police Jean-Marie Bornet.

Retranché dans sa maison, l'homme prétend être en possession d'explosifs. Il place des produits chimiques sur le rebord d'une fenêtre, dont certains toxiques. La police parvient à les neutraliser dans la nuit à l'aide de lances à eau.

Habitants évacués

Par mesure de précaution, la police fait évacuer les habitations alentour sur la recommandation d'experts en explosifs présents. Une vingtaine d'habitants est relogée auprès de proches. Après 24 heures de tension, le dénouement arrive lundi matin. La police peut appréhender l'homme alors qu'il sort de sa maison.

L'individu a été placé en milieu médical sécurisé. Il s'agirait d'une personne un peu solitaire. L'enquête doit déterminer le degré de dangerosité du forcené, ce qui l'a poussé à se mettre dans un tel état et à agir comme il l'a fait.

Aucun blessé

La zone reste encore fermée. Des experts en explosifs et des spécialistes en déminage de la police genevoise sont encore sur place pour passer la maison au peigne fin. Les habitants évacués pourront regagner leur logement dans l'après-midi.

L'intervention a mobilisé la police valaisanne et d'autres polices romandes sont venues en appui. La collaboration a été bonne, précise M. Bornet. Aucun blessé n'est à déplorer, il n'y a pas eu de coup de feu tiré, même si la force a dû être utilisée pour neutraliser l'individu qui ne s'est pas rendu.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus