Un 1er mai sous le signe de l'égalité salariale

Les syndicats organisent une cinquantaine de manifestations dans toute la Suisse à l'occasion ...
Un 1er mai sous le signe de l'égalité salariale

Un 1er mai sous le signe de l'égalité salariale

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Les syndicats organisent une cinquantaine de manifestations dans toute la Suisse à l'occasion de la Fête du Travail. L'égalité, notamment entre hommes et femmes, sera au coeur du propos mardi.

Le principe de l'égalité entre homme et femme est inscrit dans la Constitution depuis 37 ans, rappelle l'Union syndicale suisse (USS). Pourtant, il est loin d'être réalisé, en particulier dans le monde du travail, où le salaire des femmes accuse toujours un retard de 15% à 20% sur celui des hommes.

Les femmes gagnent moins que les hommes en moyenne et dans 40% des cas, l'écart salarial ne s'explique par aucune raison objective. Pour manifester son désaccord et réclamer des mesures plus énergiques de la part du Parlement, l'USS appelle à manifester sous le slogan: 'Egalité salariale. Point final!'

Le président de la Confédération à Sion

Le conseiller fédéral Alain Berset a répondu à l'invitation de l'Union syndicale valaisanne (USV). Il interviendra à 18h à Sion, notamment au côté du président de l'USV, le conseiller national Mathias Reynard, de la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten (PS) et du président de la ville de Sion, Philippe Varone (PLR).

Pour sa traditionnelle rencontre des travailleuses et travailleurs sur leur lieu de travail, à l'occasion du premier mai, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga se rendra dans une fabrique de chocolat à Ennenda (GL). La manifestation se poursuivra sous l'égide du parti socialiste glaronais, notamment dans la cabane de montagne Aeugstenhütte.

Pour sa dernière année de présidence à la tête de l'USS, Paul Rechsteiner est attendu dans plusieurs localités au cours de l'après-midi. Il se rendra à Interlaken (BE), à Münchenbuchsee (BE), à Winterthour (ZH) et à Zurich. Les vice-présidents de l'USS, Vania Alleva (syndicat Unia) et Giorgio Tuti (SEV), s'exprimeront respectivement à Zurich et à St-Gall.

Aussi des thèmes plus locaux

En plus de l'égalité des salaires entre hommes et femmes, des thèmes plus régionaux seront évoqués selon les endroits. A Fribourg par exemple, les syndicats se mobiliseront en faveur du personnel de l'hôpital cantonal. Ils bénéficieront du soutien du président du Parti socialiste suisse Christina Levrat, le conseiller aux Etats ayant réservé son intervention du 1er Mai à son fief.

L'Union syndicale vaudoise (USV) axera sa manifestation sur une meilleure répartition des richesses. Il s'agit de se mobiliser pour la même cause que l'Union syndicale suisse, tout en élargissant le propos sur la question de la justice sociale, indique la secrétaire de l'USV, Valérie Borloz-Schaller.

Les femmes auront néanmoins une place centrale dans la manifestation à Lausanne, précise la syndicaliste. L'USV veut en effet mobiliser les femmes à cette occasion en vue d'une nouvelle grève des femmes en 2019.

La ville bilingue de Bienne accueillera quant à elle un conseiller national de chaque langue. L'écologiste genevoise Lisa Mazzone s'exprimera au côté du conseiller national socialiste argovien Cédric Wermuth. Les inégalités salariales seront évoquées dans les domaines plus précis de la santé et de l'éducation, avec des allocutions d'une infirmière dans le Jura et d'une enseignante à Neuchâtel.

L'égalité en général

L'autre faîtière syndicale, Travail.Suisse, organise une conférence de presse lundi. Elle présentera à cette occasion 28 revendications relatives à l'égalité.

Dans un communiqué, l'organisation indique sa volonté de mettre l'accent sur les points suivants : l'établissement d’une liste noire des entreprises qui pratiquent la discrimination salariale, une meilleure compensation sociale du travail d'assistance, ainsi que l'introduction de l’imposition individuelle.

/ATS
 

Actualités suivantes