Trois tués de plus l'an dernier sur les routes vaudoises

Les routes vaudoises sont restées meurtrières l'an dernier, a déploré lundi la conseillère ...
Trois tués de plus l'an dernier sur les routes vaudoises

Trois tués de plus l'an dernier sur les routes vaudoises

Photo: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

Les routes vaudoises sont restées meurtrières l'an dernier, a déploré lundi la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. La prévention va se concentrer sur les usagers les plus vulnérables: piétons, cyclistes et motards.

Si les accidents ont diminué en 2018 de manière générale (-5%), les cas avec victimes ont légèrement progressé. De 21 morts en 2017, le total est passé à 24 tués l'an dernier, a relevé la cheffe du département de la sécurité en présentant le bilan de l'année écoulée.

Motards très exposés

Même si l'on est loin des chiffres d'il y a 10 ou 15 ans, 'un tué, c'est toujours une mort de trop', a souligné Béatrice Métraux. Et parmi ces décès, sept sont des cyclistes, neuf des motards et deux des piétons.

Face à ces constats, la prévention doit continuer à marteler ses messages. Il y a une responsabilité individuelle, mais aussi collective, envers les autres. Les cyclistes, piétons et motards sont les plus vulnérables et il faut absolument améliorer la situation, a jugé la ministre.

Mieux collaborer

La collaboration avec l'association 'pro vélo' a déjà démarré et elle se poursuivra. Des motards peuvent aussi bénéficier de conseils pour rendre leur conduite plus sûre, avec des trajectoires meilleures.

Une autre préoccupation de la conseillère d'Etat porte sur l'usage dangereux des téléphones intelligents en conduisant. Béatrice Métraux a indiqué qu'elle porterait la thématique au niveau de la conférence intercantonale responsable du sujet afin de diminuer les dangers et les accidents.

Ivresse au volant

Outre l'inattention, l'ivresse au volant est toujours une des principales causes des drames de la route, la première pour les cas mortels. Seule satisfaction: le message de prévention sur ce sujet passe bien auprès des jeunes qui délèguent la conduite à quelqu'un qui ne boira pas durant la soirée, a relevé la police.

A Lausanne, 2018 s'est révélée être une des années les plus sûres de la dernière décennie. Les accidents avec blessés graves sont passés sous la barre des 40 cas, s'est félicitée la ville.

Cas type

La police lausannoise a dressé les principales caractéristiques d'un accident l'an dernier dans la ville. Le conducteur a entre 23 et 26 ans, il circule en voiture un jeudi d'octobre entre 17 et 18h sur une route sèche avec une bonne visibilité. Sur des tronçons comme la rue de Genève, la route de Berne ou l'avenue de Tivoli.

/ATS
 

Actualités suivantes