Sommaruga veut renforcer les contrôles aux frontières de Schengen

L'Europe doit analyser comment elle peut mieux protéger l'espace Schengen, a estimé vendredi ...
Sommaruga veut renforcer les contrôles aux frontières de Schengen

Sommaruga veut renforcer les contrôles aux frontières de Schengen

Photo: Keystone

L'Europe doit analyser comment elle peut mieux protéger l'espace Schengen, a estimé vendredi Simonetta Sommaruga. Pour la présidente de la Confédération, il 'peut être judicieux' de renforcer le contrôle aux frontières extérieures de cet espace de libre circulation.

'Nous avons les instruments, mais nous devons les utiliser', a déclaré la Bernoise à son arrivée à la réunion d'urgence des ministres européens de la justice et de l'intérieur. Il faut aussi examiner s'il existe éventuellement encore 'd'autres instruments', a-t-elle ajouté.

Une semaine après les attentats de Paris, le ministre français de l'intérieur Bernard Cazeneuve a estimé que les contrôles systématiques aux frontières extérieures de l'Union européenne pourraient aussi concerner les citoyens européens. 'La Suisse le fait déjà en partie', a répondu Simonetta Sommaruga.

La Confédération compare déjà aujourd'hui les données de toutes les personnes entrant sur son territoire avec la banque de données d'Interpol. Les aéroports helvétiques font en effet partie des frontières extérieures de l'espace Schengen.

Accès seulement à certaines bases de données

'Les expériences sont bonnes, mais nous ne pouvons aujourd'hui vérifier que certaines bases de données, pour des raisons juridiques', a précisé la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP). Elle faisait référence au Système d'information Schengen (SIS), qui ne peut être utilisé pour des recoupements systématiques en raison du Code des frontières Schengen.

A l'heure actuelle, les documents d'identité des citoyens européens qui entrent dans l'espace Schengen ne sont soumis qu'à un contrôle visuel. Contrairement aux ressortissants d'Etats tiers, il n'y a pas de comparaison systématique avec toutes les bases de données pertinentes. Cette lacune profite aux djihadistes possédant un passeport européen.

Lors de leur réunion extraordinaire de vendredi, les ministres doivent discuter de la création d'un fichier européen des données des passagers aériens, de la lutte contre le financement du terrorisme ainsi que d'un renforcement de la législation sur les armes. La Commission européenne avait présenté mercredi des mesures en la matière.

Interrogée pour savoir si la Suisse pourrait, elle aussi, revoir sa loi sur les armes après les attentats de Paris, Simonetta Sommaruga est restée prudente. 'Nous devons l'examiner', a-t-elle dit.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus