« Shorty », l'oiselle qui aime la Suisse, maman pour la première fois

L'ibis chauve 'Shorty', qui avait fait escale plusieurs fois en Suisse plutôt que de continuer ...
« Shorty », l'oiselle qui aime la Suisse, maman pour la première fois

Photo: Keystone

L'ibis chauve 'Shorty', qui avait fait escale plusieurs fois en Suisse plutôt que de continuer son chemin avec le reste de sa troupe vers le Sud, est pour la première fois maman. Dans ses pénates de Burghausen, en Bavière, l'oiselle de trois ans a couvé deux poussins.

Le premier oisillon est sorti de sa coquille le 16 juin dans un nichoir fixé sur les remparts de la ville allemande de Burghausen, selon le Waldrappteam, l'équipe européenne de recherche sur l'ibis chauve. Surprise! La semaine dernière, celle-ci a constaté qu'un autre petit avait pointé le bout de son bec, rapporte le SonntagsBlick dans sa dernière édition.

'Shorty' jouit déjà d'une certaine célébrité en Suisse. C'est que l'oiselle, une jeunette en automne 2012, avait passé l'hiver seule au bord du lac de Zoug après s'être égarée durant le vol de migration de ses congénères en direction de la Toscane.

L'année suivante, les spécialistes européens de l'ibis chauve, basés en Autriche, avaient emmené 'Shorty' à destination avant de la ramener en Bavière au printemps, histoire de lui montrer ses quartiers. Mais en hiver 2014, l'ibis chauve a de nouveau faussé compagnie à ses camarades en plein voyage vers le sud. La rebelle s'était alors posée à St-Gall.

En février, l'oiselle a toutefois été surprise par une vague de froid. Capturée en Argovie, elle a été placée dans le service vétérinaire du parc animalier de Goldau (SZ). L'animal souffrait d'un manque de nourriture et du froid.

Les plus menacés dans le monde

L'ibis chauve est l'une des espèces d'oiseaux les plus menacés dans le monde. Exterminé pour sa chair, il a disparu de Suisse et d'Europe il y a plus de 300 ans. Moins d'une trentaine d'entre eux seulement migrent encore aujourd'hui du nord au sud durant l'hiver. C'est pourquoi, huit partenaires provenant d'Autriche, Italie et Allemagne s'activent à réintroduire l'espèce sur le continent. Ils espèrent donc apprendre à ces oiseaux rares à migrer vers le sud d'ici 2019.

Shorty est la descendante de deux individus élevés en captivité par le projet européen. La saison de nidification 2015 est jusqu'ici très réussie, écrit l'équipe de recherche sur l'ibis chauve. A Burghausen et Salzburg (A), 16 poussins sont nés. Et 32 jeunes oiseaux, qui ont été élevés par des parents en captivité, peuvent désormais voler de leurs propres ailes.

Défi à venir: le vol migratoire

Mais le grand défi est encore à venir pour cette nouvelle génération et pour l'équipe de recherche, car le vol migratoire d'automne en direction de la ville italienne d'Orbetello en Toscane reste encore à effectuer. Avec sa tête rouge et déplumée, son long bec recourbé et ses longues plumes sur le cou, l'ibis chauve a un aspect plutôt marquant.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus