Revue de presse de ce dimanche 16 octobre 2016

Les dépenses de la classe moyenne, de la Confédération et des banques font partie des thèmes ...
Revue de presse de ce dimanche 16 octobre 2016

Revue de presse de ce dimanche 16 octobre 2016

Photo: Keystone

Les dépenses de la classe moyenne, de la Confédération et des banques font partie des thèmes abordés ce dimanche par la presse. La Poste et la pilule contraceptive ne sont pas en reste. Voici les principaux titres:

Le Matin Dimanche: La classe moyenne suisse a mal à son porte-monnaie, allégé par les impôts, les assurances ou encore les loyers. 'En Suisse, près d'un ménage sur quatre appartenant à la classe moyenne inférieure n'arrive pas à faire face à une dépense inattendue de 2500 francs', rapporte Le Matin Dimanche, s'appuyant sur une étude de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le principe de solidarité entre les différentes classes de revenus est pointé du doigt. Car le rapport entre l'imposition et le niveau de prestations perçues est toujours en défaveur de la classe moyenne, souligne notamment l'enquête de l'hebdomadaire.

NZZ am Sonntag: La Confédération a déboursé 769 millions de francs en 2015 pour des services externes. Ceux-ci englobent notamment les consultations, les travaux d'informations, le coaching mais surtout des activités dans le domaine informatique pour les sept départements, les administrations et les tribunaux, affirme la NZZ am Sonntag, selon des chiffres publiés par le Département fédéral des Finances (DFF) Les coûts ont ainsi augmenté de 100 millions de francs après avoir diminué en 2014. Le DFF est celui qui a le plus dépensé avec 159 millions à son compteur.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Le patron de la FINMA, Mark Branson suggère de changer le système d'audit qui contrôle les banques. Car 'on ne peut nier un certain conflit d'intérêts', confie-t-il. Les sociétés de révision font des contrôles pour l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, mais sont pour l'heure rémunérées par leur mandataire: les banques. Il souhaiterait donc que la FINMA puisse décider quel cabinet de révision inspecte quelle banque. Quitte à changer la loi.

SonntagsBlick: Le conseiller aux Etats zurichois Ruedi Noser (PLR) veut plus d'argent pour la recherche, afin que la Suisse puisse demeurer à la pointe aux côtés de la Silicon Valley et New York. 'Cela doit être possible de dédier une partie des milliards que nous investissons dans l'infrastructure à la transformation numérique', déclare-t-il, lors d'un entretien avec le SonntagsBlick. Deux milliards sur dix ans sont nécessaires afin de prendre le rôle de leader en Europe, soutient-il. Et cela ne suffit pas de créer une chaire, il en faut 100 et au moins 500 post-doctorants. Selon lui, la communauté consacrée à ce thème devrait compter un millier de personnes supplémentaires par rapport à aujourd'hui, pour que la Suisse soit parmi les meilleurs.

Schweiz am Sonntag: Des exceptions au plafonnement des salaires doivent être envisagées dans les grandes écoles suisses. Cette demande émane du recteur de l'université de Zurich, Michael Hengartner. 'Si nous voulons continuer à jouer dans la ligue des grands, nous avons besoin d'une réglementation spéciale', indique celui qui est aussi président des hautes écoles suisses (Swissuniversities) au journal alémanique Schweiz am Sonntag. Actuellement, les salaires des professeurs sont plafonnés car payés par la manne publique. Les deux Ecoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich offrent un maximum de 277'000 francs par an contre plus d'un million dans certaines universités américaines, souligne l'hebdomadaire de Suisse orientale.

Le Matin Dimanche: La Poste part à la reconquête des boîtes aux lettres. Dans un courrier, elle propose trois échantillons en cadeau aux clients qui sont prêts à renoncer à leur autocollant antipublicité, révèle Le Matin Dimanche. Pour l'heure, plus d'un ménage suisse sur deux s'est muni du symbole, de quoi peser sur les affaires de La Poste qui distribue aujourd'hui plus de pub que de courriers adressés. Le géant jaune a donc adressé cette missive à 330'000 ménages urbains réfractaires à la réclame après avoir acheté leurs adresses à un prestataire privé, note le journal.

Schweiz am Sonntag: Depuis 2008, la quantité de pilules contraceptives prescrites en Suisse est en recul. Selon l'association des entreprises pharmaceutiques suisses, le nombre de boîtes vendues est passé de 2,1 à 1,9 million, rapporte Schweiz am Sonntag. Dans le détail, les femmes de plus de 30 ans sont toujours plus nombreuses à renoncer à la pilule tandis que du côté des jeunes femmes son attrait croît. Par ailleurs, selon l'association, le contraceptif est ingurgité toujours plus tôt.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes