Rejet d'une motion populaire demandant un moratoire informatique

Le Grand Conseil fribourgeois a rejeté nettement vendredi une motion populaire demandant un ...
Rejet d'une motion populaire demandant un moratoire informatique

Rejet d'une motion populaire demandant un moratoire informatique

Photo: KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

Le Grand Conseil fribourgeois a rejeté nettement vendredi une motion populaire demandant un gel pour trois ans du projet d'introduire des ordinateurs personnels en classe du degré secondaire II. Mais ce dernier se concrétisera de toute façon avec du retard.

La motion populaire, déposé il y a un an par le mouvement pour la Grève du climat Fribourg, a été refusée par 61 voix contre 28 et 8 abstentions. Elle voulait instaurer un moratoire de trois ans à l'introduction du projet de système AVEC (pour 'apportez votre équipement personnel de communication', ou BYOD en anglais).

Le texte a provoqué une avalanche d'interventions. Certains députés ont relevé qu'un moratoire causerait trop de retard, l'école ne devant pas échapper à la numérisation. André Schneuwly (parti des électeurs libres) s'est étonné de la frilosité de ces élus, alors que 'la plupart utilisent des ordinateurs dans cette salle.'

D'autres députés, en particulier des enseignants, se sont interrogés sur la pertinence du projet et sur la dépendance aux écrans en général. 'L'outil informatique n'est pas la panacée', a relevé le chrétien-social Benoît Rey. 'C'est un peu comme acheter une voiture sans avoir le permis', a ajouté Kirthana Wickramasingam (PS).

Pas une lubie

Le commissaire du gouvernement Jean-Pierre Siggen, en charge de l'instruction publique, s'est opposé à la motion. 'Le système ne constitue ni une révolution ni une lubie', a-t-il insisté, rappelant que 58 % des 138 gymnases de Suisse étaient déjà passés à AVEC/BYOD. Au-delà, le projet a pris du retard, mais moins qu'avec le moratoire.

Mi-janvier, le Conseil d’Etat a en effet fait connaître sa volonté de revoir son concept pour l’intégration des technologies de l’information et de la communication. Un souhait qui implique de repousser à nouveau l’introduction du concept 'Bring your own device' à l’année scolaire 2022-2023, soit avec deux ans de retard.

Initialement, le gouvernement voulait une introduction lors de la rentrée de 2020. Ce qui avait suscité le lancement de la motion populaire. Sachant que traiter un instrument parlementaire de ce type prend plusieurs mois, l'exécutif cantonal avait décidé de reporter l’arrivée du BYOD d’une année, soit à la rentrée 2021.

Projet global

Au-delà du rejet de la motion populaire, l'approche AVEC/BYOD devra attendre encore pour une autre raison encore. En effet, le Grand Conseil a accepté en septembre dernier une motion demandant que tous les élèves, cette fois au cycle d’orientation, soient équipés d’un appareil informatique personnel.

Une décision qui nécessite une mise à jour du concept cantonal pour l’intégration des médias, images, technologies de l’information et de la communication (MITIC). Un projet global devrait ainsi être soumis au Grand Conseil en septembre prochain, dans le cadre du message sur la modification de la loi scolaire.

A noter encore que des projets pilotes sont en cours dans le canton de Fribourg. Neuf classes, avec environ 170 élèves et 80 enseignants, y participent.

/ATS
 

Actualités suivantes