Près de 4% des végétaux présents hors de leur zone d'origine

Près de 4% des espèces végétales de la planète se sont établies en dehors de leur zone d'origine ...
Près de 4% des végétaux présents hors de leur zone d'origine

Près de 4% des végétaux présents hors de leur zone d'origine

Photo: Keystone

Près de 4% des espèces végétales de la planète se sont établies en dehors de leur zone d'origine, soit environ 13'000 espèces, selon une étude avec participation suisse publiée dans la revue Nature. Avec le réchauffement, le phénomène pourrait s'accentuer.

A titre de comparaison, il existe 14'000 espèces de plantes dans toute l'Europe. Principal auteur de l'étude, Mark van Kleunen, de l'Université de Constance (D), s'est dit surpris par l'ampleur du phénomène.

En Suisse, on recense 500 à 600 de ces 'néophytes', en Allemagne environ 450. Tous ne prospèrent pas au détriment de la flore indigène, et certaines espèces potentiellement problématiques ne se sont guère répandues, note le Pr van Kleunen.

Mais elles pourraient vivre un boom si les conditions de vie changent en leur faveur, avec des étés chauds et des hivers plus doux. C'est notamment valable pour certaines plantes de jardin méditerranéennes et subtropicales.

Esthétique mais aussi très toxique pour l'homme et de nombreuses espèces animales, le lantanier, originaire d'Amérique centrale, s'est déjà répandu de manière incontrôlée sur plusieurs continents. Résistant au feu, il est pratiquement impossible à éradiquer.

Le palmier de Chine, introduit pour un usage décoratif, a quant à lui pris ses aises dans les forêts tessinoises. Avec son climat doux, le canton du sud des Alpes est aux avant-postes du phénomène.

Flore européenne exportée

Mais comme le souligne le Pr Van Kleunen, en matière de néophytes, l'Europe n'est pas seulement victime: 'Nous avons exporté presque toute la flore européenne'. La salicaire commune prospère ainsi en Amérique du Nord, tout comme l'alliaire officinale, que les immigrants ont apportée en tant que condiment et qui maintenant repousse les espèces locales.

La Nouvelle-Zélande est particulièrement touchée. Parce que les prairies y étaient jugées trop maigres, les colons y ont amené toutes sortes de plantes, en semant même par avion. Conséquence: ce pays a pratiquement une flore européenne.

On y trouve 1500 espèces natives et 1500 espèces exotiques, un 'exemple crasse', selon le Pr van Kleunen, même si de telles conséquences ne sont pas à attendre partout dans le monde. A l'avenir toutefois, 'le monde des plantes va devenir plus homogène et un peu plus ennuyeux', prédit le spécialiste.

Pour ces travaux, auxquels a également participé Cyrille Chatelain, du Conservatoire et jardin botaniques de la Ville de Genève, les scientifiques ont rassemblé des informations provenant de 480 régions de terre ferme et 360 zones insulaires. L'Amérique du Nord compte le plus de végétaux non indigènes (6000 espèces), mais la plus forte progression est actuellement enregistrée dans les îles du Pacifique.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus