Pierre Maudet veut récuser les procureurs qui enquêtent sur lui

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet contre-attaque. Par le biais de ses avocats Grégoire Mangeat ...
Pierre Maudet veut récuser les procureurs qui enquêtent sur lui

Le PLR suisse persiste à demander la démission de Pierre Maudet

Photo: KEYSTONE/ALAIN GROSCLAUDE

Le PLR suisse persiste à demander la démission de Pierre Maudet. Il maintient sa position de novembre dernier, même après la courte majorité que le conseiller d'Etat genevois a obtenue mardi soir devant la section cantonale de son parti.

'Pierre Maudet a perdu toute crédibilité et n'a rien fait pour rétablir la confiance', a déclaré mercredi Petra Gössi à la presse à Zurich. 'L'assemblée d'hier a surtout mis en avant le fait que le politicien, de par son comportement, divise et nuit au PLR Genève', a indiqué le PLR suisse dans une prise de position écrite à Keystone-ATS.

Le vote favorable à M. Maudet ne change en rien les points jugés déterminants par le parti suisse. 'La confiance a été durablement détériorée', poursuit le PLR. Le comportement de M. Maudet ne correspond pas aux valeurs du PLR et compromet de nombreuses années de travail.

Interrogé sur les moyens dont dispose le PLR suisse pour aller au-delà, le parti indique que 'd'autres démarches ne sont pour l'heure pas d'actualité'. Mais il va suivre de près la campagne du PLR Genève pour les élections fédérales. 'Les électeurs ont compris que le comportement de Pierre Maudet n'est en rien le reflet des valeurs du PLR', selon le PLR suisse.

La discussion de mardi soir à Genève a donné l'occasion aux membres du parti de s'exprimer pour ou contre M. Maudet. 'Au final, c'était à qui savait le mieux mobiliser', a estimé la présidente du PLR. Cette soirée a montré les différences de sensibilité entre la Suisse romande et la Suisse alémanique, a-t-elle poursuivi. Pour elle, l'affaire Maudet se résume à une 'typische Genferei'.

Le PLR suisse avait déjà demandé la démission du politicien genevois le 28 novembre dernier. A l'issue d'une rencontre avec la direction du parti à Berne, l'intéressé avait déjà refusé de suivre cette injonction.

/ATS
 

Articles les plus lus