Peine de 40 mois de prison confirmée pour l'ex-enseignant valaisan

L'ex-enseignant valaisan accusé d'actes d'ordre sexuel avec des enfants a vu sa peine confirmée ...
Peine de 40 mois de prison confirmée pour l'ex-enseignant valaisan

40 mois de prison confirmés pour l'ex-enseignant valaisan voyeur

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

L'ex-enseignant valaisan accusé d'actes d'ordre sexuel avec des enfants a vu sa peine confirmée jeudi en appel. Le Tribunal cantonal valaisan l'a condamné à 40 mois de prison ferme.

Le Tribunal cantonal (TC) a considéré que les déclarations des sept victimes sont 'crédibles'. Elles ont été recueillies 'par des professionnels qui les ont jugées comme telles, et 'concordent sur les points essentiels'.

Comme le tribunal de première instance, le TC n'adhère pas à la thèse d'un complot que les victimes, alors âgées entre 11 et 13 ans, auraient ourdi contre leur enseignant. Cette thèse 'ne trouve aucun appui dans le dossier', l'accusé, 49 ans, étant en effet un enseignant apprécié, que ses élèves ont eu de la réticence à dénoncer, indique le tribunal.

'Un grand flou'

Selon le TC, l'accusé a 'varié dans ses déclarations' concernant les diverses expériences qu'il a organisées sur le thème de l'éveil au sens. Il n'a pas donné 'd'explications concordantes', complètes et claires, notamment sur les séances de dégustation de fruits et leur contexte. 'Un grand flou règne' autour de ces séances organisées porte verrouillée et élève assise à califourchon sur une chaise, buste face au dossier, mains dans le dos et yeux bandés.

Pour l'expérience des douches à l'aveugle, le TC considère que l'accusé voulait observer ses victimes nues, ce qui lui procurait du plaisir et l'a amené, parfois, à se rendre dans un autre local pour se masturber. Durant les audiences, l'accusé a affirmé n'avoir vu les élèves qu'en sous-vêtements.

Interdit d'enseigner

Le TC confirme la peine prononcée par le tribunal de district de Sierre à l'encontre de l'accusé: trois ans et quatre mois de prison pour actes d'ordre sexuel sur des enfants de moins de 16 ans et actes d'ordre sexuel sur des personnes incapables de résistance.

Il lui est interdit d'exercer la profession d'enseignant pendant cinq ans, délai maximum prévu par les dispositions en vigueur au moment des faits. Il devra verser des indemnités pour tort moral aux victimes.

Le TC a admis les appels de deux des victimes contre le jugement du tribunal de Sierre. La première soutenait qu'elle avait également été observée nue par l'accusé dans les vestiaires, la seconde qu'elle avait eu en bouche le sexe de l'accusé lors des dégustations à l'aveugle.

Recours probable au TF

Le TC estime que les débats tenus en première instance sont valables et que les certificats médicaux et les constatations des juges attestent que le prévenu était en état physique et mental de les suivre. Pour mémoire, l'ex-enseignant avait été hospitalisé en hôpital psychiatrique juste avant le premier procès et la cour avait délivré un mandat d'amener contre lui, l'hôpital n'y faisant pas objection.

A l'issue de la lecture en audience publique du dispositif de jugement, Me Olivier Couchepin a indiqué à Keystone-ATS qu'il allait analyser avec son client le jugement du TC avant de se prononcer sur un éventuel recours au Tribunal fédéral. Semblant toutefois probable, celui-ci prendra alors la forme d'un recours en matière pénale afin de revoir l'application du droit par le TC, a-t-il précisé.

Le condamné a été incarcéré le 20 mai dernier, à l'issue du procès de première instance. La cour craignait un risque de fuite.

Entre 2011 et 2013

Les faits reprochés à l'ancien enseignant se sont déroulés entre août 2011 et novembre 2013. L'instituteur avait organisé dans le cadre de l'école des expériences dont l'une consistait à inviter des élèves volontaires à prendre une douche ou à se changer à l'aveugle après un cours de gym.

Au cours d'une autre expérience, l'enseignant proposait à des élèves de participer individuellement à une dégustation de fruits à l'aveugle. Il en a profité pour introduire son sexe dans la bouche de trois élèves et tenté de le faire avec une quatrième qui a soulevé un peu son bandeau et a quitté la salle.

L'ex-enseignant de 49 ans a admis souffrir de voyeurisme mais a toujours réfuté tout acte d'ordre sexuel avec des enfants. Son avocat avait plaidé l'acquittement.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus