Pas de limitation au retrait du capital du 2e pilier

Les retraités pourront continuer à retirer leur 2e pilier sous forme de capital. Le Conseil ...
Pas de limitation au retrait du capital du 2e pilier

Pas de limitation au retrait du capital du 2e pilier

Photo: KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF

Les retraités pourront continuer à retirer leur 2e pilier sous forme de capital. Le Conseil des Etats s'est rallié mercredi par 25 voix contre 15 au National pour sonner le glas d'une interdiction prévue pour alléger les besoins en prestations complémentaires.

Le Conseil fédéral voulait profiter de la réforme des prestations complémentaires (PC) pour imposer la rente à toutes les personnes qui partent à la retraite ou se mettent à leur compte pour exercer une activité indépendante. Son but était d'éviter que certains dilapident leur argent et soient obligés de solliciter ensuite des PC.

Les sénateurs avaient accepté l'an dernier l'interdiction de retrait en capital pour les rentiers et limité les possibilités pour les indépendants. Mais le Conseil national a mis les pieds au mur dans les deux cas en mars. La commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats proposait de se rallier au statu quo.

C'est un point central de la réforme des PC, a contesté Werner Hösli (UDC/GL) en s'étonnant du revirement de ses collègues. Les cantons, communes et villes sont contre le retrait en capital, a-t-il ajouté en estimant que le lobby financier avait imposé ses vues. Il faut protéger le droit de la collectivité à ne pas financer les vieux jours de ceux qui confondent responsabilité individuelle et intérêt personnel.

Réalisme politique

C'est une question de réalisme politique, a rétorqué le porte-parole de la commission Konrad Graber (PDC/LU) en rappelant que la décision du National avait été très nette. Chaque assuré doit pouvoir utiliser librement son argent de 2e pilier. Il n'y a en outre pas d'étude démontrant définitivement un lien de cause à effet entre retrait en capital et demande ultérieure de PC.

Il y a potentiellement un lien, a corrigé le ministre des affaires sociales Alain Berset en invitant le Conseil des Etats à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain et soutenir la proposition de M. Hösli. La moitié des personnes qui passent à l'indépendance mettent la clé sous la porte au bout de cinq ans et la proportion d'indépendants qui sollicitent des PC ultérieurement est nettement plus importante que celle des salariés.

Chômeurs de 58 ans

Les deux Chambres ont par ailleurs réglé un point annexe à la réforme des PC. Les chômeurs d'au moins 58 ans devraient pouvoir maintenir leur avoir de vieillesse auprès de l'institution de prévoyance de leur dernier employeur et percevoir une rente ultérieurement, a accepté tacitement le Conseil des Etats.

Il est curieux d'inclure ce point dans ce projet, a concédé M. Berset. Mais cela permet de résoudre un vrai problème et la mesure, repêchée de la grande réforme des retraites enterrée par le peuple l'année dernière, avait alors été peu contestée, a souligné M. Berset.

Remboursement

Les deux Chambres se sont aussi entendues pour introduire un système de restitution voulu par la Chambre du peuple. Après le décès du bénéficiaire de PC, les prestations perçues devraient être restituées à l’Etat pour la part de la succession dépassant 50'000 francs. Pour les couples mariés, l’obligation de restituer ne prendrait effet que lorsque la deuxième personne décède.

Seon M. Graber, le modèle proposé est clair et facile à appliquer. L’obligation de restitution ne concernerait que les prestations versées après l’entrée en vigueur de la réforme.

/ATS
 

Actualités suivantes