Ordonnance pénale à l'encontre de la partenaire de chat

Le Ministère public de la région Jura bernois-Seeland a conclu son instruction à l'encontre ...
Ordonnance pénale à l'encontre de la partenaire de chat

Ordonnance pénale à l'encontre de la partenaire de chat

Photo: Keystone

Le Ministère public de la région Jura bernois-Seeland a conclu son instruction à l'encontre de la partenaire de chat de l'ancien conseiller national argovien Geri Müller (Les Verts). Il a prononcé une ordonnance pénale vendredi. La personne concernée va faire recours.

Selon l'ordonnance pénale, annoncée vendredi par Tele M1 et que l'ats s'est procurée, la personne concernée s'est rendue coupable de tentative de contrainte, de diffamation, d'insulte, d'enregistrement non autorisé de conversations et de falsification de documents.

Elle est sanctionnée pour ces faits à une peine pécuniaire avec sursis de 9000 francs et à une amende de 1800 francs. Elle doit en outre prendre à sa charge les frais d'avocats de près de 16'300 francs et les frais de procédure de plus de 8000 francs.

L'ordonnance pénale n'entre toutefois pas en force, car la personne concernée a fait recours contre les cinq chefs d'accusation, a-t-elle indiqué samedi à l'ats. Elle confirmait une information de la Zentralschweiz am Sonntag. Ce recours entraîne l'ouverture d'une nouvelle procédure.

Photographié nu

L'affaire remonte à l'été 2014. Le journal dominical avait révélé que l'ancien conseiller national vert s'était photographié nu dans son bureau de maire et avait envoyé ses photos à une partenaire de chat. L'affaire avait valu au politicien une suspension momentanée de ses responsabilités.

L'enquête pénale menée par le Ministère public du Jura bernois-Seeland, basé à Bienne, visait dans un premier temps uniquement la jeune femme avec qui Geri Müller a partagé une relation virtuelle. Mais elle a ensuite été élargie au conseiller en relations publiques Sacha Wigdorovits, à Josef Bollag, président de la Communauté de culte israélite de Baden, et à Patrik Müller, rédacteur en chef de la Schweiz am Sonntag. Il leur est reproché d'avoir utilisé le contenu du chat et de l'avoir transmis ou rendu accessible à des tiers.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus