Nouvelle liste rouge: 45% des abeilles sauvages menacées

En Suisse, 45% des espèces d’abeilles sauvages indigènes sont menacées, selon une nouvelle ...
Nouvelle liste rouge: 45% des abeilles sauvages menacées

Nouvelle liste rouge: 45% des abeilles sauvages menacées

Photo: KEYSTONE/ARNO BALZARINI

En Suisse, 45% des espèces d’abeilles sauvages indigènes sont menacées, selon une nouvelle Liste rouge publiée vendredi par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Les analyses mettent toutefois aussi en lumière des améliorations.

Ainsi, plusieurs espèces considérées comme éteintes ont à nouveau pu être observées dans le pays, notamment dans des biotopes d’importance nationale. Néanmoins, les ressources alimentaires (nectar et pollen) et les possibilités de nidification se raréfient, note l'OFEV.

La Liste rouge des abeilles de Suisse a été mise à jour conformément aux lignes directrices de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Elle remplace celle publiée en 1994.

Sur les 615 espèces d’abeilles évaluées, 279 (45,4%) figurent sur la liste rouge. Parmi elles, 9,6% (59) sont classées comme éteintes en Suisse, 3,9% (24) en danger critique, 13,7% (84) en danger et 18,2% (112) vulnérables.

Ces chiffres correspondent à ceux de la première liste rouge. Les deux listes ne peuvent cependant pas être comparées, car la nouvelle version repose sur une base de données plus large et a été établie selon une méthode différente.

Espèces thermophiles

La part des espèces menacées est particulièrement élevée chez les espèces spécialisées au niveau de leur plante-hôte, celles nichant dans le sol, celles volant en été et celles de basse altitude. En comparaison d’autres groupes d’organismes, la proportion d’espèces d’abeilles éteintes est particulièrement élevée.

Les analyses montrent qu'en Suisse, les abeilles connaissent une situation semblable à celle de l'Allemagne, de la Belgique ou des Pays-Bas. En outre, il en ressort que les zones extensives et richement structurées du Jura et des Alpes recèlent toujours une grande diversité d’espèces, en partie inégalée à l’échelle européenne.

L’assainissement et l’entretien des biotopes d’importance nationale, telles que les prairies sèches, contribuent à ce constat en partie réjouissant. Enfin, certaines espèces thermophiles ont fait leur apparition, voire leur réapparition après de longues décennies, sous l’effet du réchauffement climatique.

/ATS
 

Actualités suivantes