Nouveau départ pour l'accélérateur de particules LHC

Le grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus puissant accélérateur de particules au monde ...
Nouveau départ pour l'accélérateur de particules LHC

Nouveau départ pour l'accélérateur de particules LHC

Photo: Keystone

Le grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus puissant accélérateur de particules au monde, qui a notamment permis de confirmer l'existence du boson de Higgs, va redémarrer après 2 ans d'arrêt pour cause de maintenance, a annoncé jeudi le CERN. Lors de cette deuxième phase de fonctionnement, la machine sera exploitée à un niveau d'énergie jamais encore atteint.

Il s'agit presque d'un nouvel accélérateur, a fait savoir devant la presse le directeur général du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) Rolf Heuer. Jusqu'à présent, le LHC avait produit des collisions de 8 TeV (tera-électron-volts). Dans un futur proche, les collisions entre protons s'élèveront à 13 TeV.

Cette montée en puissance du LHC provoque beaucoup d'excitation au sein de la communauté scientifique. Les physiciens sont persuadés qu'elle mènera à de nouvelles découvertes sur la matière et permettra de lever le voile sur certains mystères de l'Univers. Ils ignorent cependant le temps que prendront leurs recherches.

Produire de nouvelles particules

Plus d'énergie signifie la production, lors des collisions, de particules avec une masse plus élevée qui n'ont jamais été détectées à ce jour. C'est aussi l'occasion de créer de nouveaux états de la matière. Malgré les progrès dans le domaine de la physique des particules, les questions restent en effet encore nombreuses.

Les physiciens espèrent notamment grâce au LHC connaître un peu mieux cette matière noire invisible et cette énergie noire qui composent la majeure partie de l'Univers. Les scientifiques ne 'voient' pour l'instant cette étrange matière qu'au travers de ses effets gravitationnels. Sa nature demeure une énigme.

Révision complète

Cette deuxième phase d'exploitation du LHC durera jusqu'en 2018. L'accélérateur, qui a coûté plus de 6 milliards de francs, doit en effet subir tous les trois ans une révision complète, qui dure entre une et deux années, a expliqué M. Heuer. La machine sera ensuite remise en fonction pour une nouvelle période de trois ans.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus