New York: le basketteur Sefolosha accuse les policiers de brutalité

Au troisième jour de son procès pour rébellion et trouble à l'ordre public à New York, le basketteur ...
New York: le basketteur Sefolosha accuse les policiers de brutalité

New York: le basketteur Sefolosha accuse les policiers de brutalité

Photo: Keystone

Au troisième jour de son procès pour rébellion et trouble à l'ordre public à New York, le basketteur suisse Thabo Sefolosha a réaffirmé mercredi avoir été victime de violences policières injustifiées. Il a expliqué que tout était parti d'un échange avec un policier.

Invité à quitter les environs immédiats d'une boîte de nuit de Manhattan le 8 avril dernier, après une rixe au couteau impliquant un autre joueur de NBA, l'ailier des Hawks d'Atlanta aurait été insulté par l'agent, car il ne s'exécutait pas assez vite, a-t-il expliqué à la barre.

Un échange aurait suivi. 'Il essayait de nous pousser', a affirmé le Vaudois. 'Je lui ai dit: ce n'est pas parce que vous avez un badge que vous pouvez nous parler comme cela', a-t-il dit.

'Je peux te casser la gueule', lui aurait répondu le policier, toujours selon Thabo Sefolosha, qui a avoué lui avoir alors rétorqué: 'Tu ne fais même pas 1,6 mètre. Si tu me voyais dans d'autres circonstances, tu ne me parlerais pas comme cela. Tu es un nain'.

C'est à la suite de cet échange que le policier aurait déclenché l'interpellation musclée, et notamment un coup de matraque, synonyme de fracture du péroné avec lésion ligamentaire et de fin de saison prématurée.

Vidéos de l'arrestation

'Ils ne m'ont jamais donné un ordre direct' lors de l'interpellation ou dans les instants qui ont précédé, a assuré le joueur de NBA.

Selon des témoignages de membres des forces de l'ordre, l'ailier suisse aurait fait preuve d'agressivité verbale et physique envers les policiers. Une vidéo de l'interpellation circule sur les réseaux sociaux.

Elle a été produite à l'audience mercredi, ainsi qu'une autre. Toutes deux montrent plusieurs policiers plaquant le Vaudois de 31 ans au sol et le menottant dans le dos. Le procès se poursuit jeudi.

Le procureur lui avait initialement proposé de n'effectuer qu'une journée de travaux d'intérêt général et d'éviter un procès si le Veveysan acceptait de plaider coupable. Il a refusé, souhaitant prouver son innocence à l'audience.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus