Naissance d'un gibbon à bonnet au zoo de Zurich

Le zoo de Zurich accueille un nouveau pensionnaire. Une guenon gibbon à bonnet a en effet donné ...
Naissance d'un gibbon à bonnet au zoo de Zurich

Naissance d'un gibbon à bonnet au zoo de Zurich

Photo: Keystone

Le zoo de Zurich accueille un nouveau pensionnaire. Une guenon gibbon à bonnet a en effet donné naissance par surprise à une petite femelle. Le jeune primate, dont le nom devait commencer par la lettre Q, a reçu un nom chinois.

La petite guenon a été baptisée Qiwen, ce qui signifie 'une histoire extraordinaire'. Si le nom ne provient pas de l'aire de distribution du gibbon à bonnet, il fait référence aux circonstances de la naissance. En effet, personne n'attendait la petite Qiwen, qui pèse entre 350 et 400 grammes.

Si des transformations physiques avaient été observées chez la mère, celles-ci n'avaient pas été attribuées à une grossesse. Celle-ci recevait en effet la pilule contraceptive, afin de prolonger l'intervalle entre les naissances à entre deux et deux ans et demi.

Pour l'instant, il est rare de pouvoir admirer le nouveau-né, blotti contre sa mère. Généralement, on n'aperçoit qu'un pied ou une main. Mais les membres longs et fins sont typiques des gibbons.

Famille nucléaire

Qiwen est née dans une famille nucléaire classique. Les gibbons vivent en couple avec leur progéniture tant que celle-ci n'a pas atteint la maturité sexuelle. Le père Khmer est né au zoo de Zurich en 1984, tandis que la mère Willow, née en Grande-Bretagne, s'y est installée en 1992. Qiwen a un frère, Laju, né en 2011, et une soeur, Nyanyi, née en 2013. Tous les cinq vivent dans le même enclos.

Un autre frère et la grand-mère, âgée de 40 ans, vivent dans le voisinage. A l'heure actuelle, le zoo de Zurich accueille neuf gibbons à bonnet. Qiwen est le 29e singe de cette espèce à y naître.

Espèce en danger

Dans leur état naturel, les gibbons à bonnet vivent dans le sud-est de la Thaïlande, dans le sud-ouest du Laos et dans l'ouest du Cambodge. Ils mangent principalement des fruits, de jeunes pousses, des feuilles et des insectes. Les parents, qui sont monogames, marquent leur territoire par des duos acoustiques.

Sur la liste rouge de l'Union internationale pour la protection de la nature, le gibbon à bonnet est classé comme 'espèce en danger'. En l'espace de trois générations, soit 45 ans, les effectifs ont chuté de moitié. Les primates sont victimes de la chasse et de la destruction de leur habitat.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes