Moins de spectateurs aux Brandons de Payerne à cause de la météo

Plusieurs carnavals, dont ceux des Brandons de Payerne (VD) et de Berne, ont égayé des villes ...
Moins de spectateurs aux Brandons de Payerne à cause de la météo

Moins de spectateurs aux Brandons de Payerne à cause de la météo

Photo: Keystone

Plusieurs carnavals, dont ceux des Brandons de Payerne (VD) et de Berne, ont égayé des villes suisses ce week-end. Mauvaise météo oblige, les fréquentations étaient en baisse. Malgré tout, des milliers de carnavaliers et de simples badauds ont répondu présent.

Le grand cortège des Brandons de Payerne (VD), sous la pluie, a attiré quelque 9000 spectateurs dimanche, soit nettement moins que d'habitude. Quatorze 'guggenmusik' et treize chars ou groupes ont participé au défilé. La météo n'était pas terrible, on a eu encore de la chance, parce qu'ils annonçaient vraiment un déluge, a expliqué Sylvain Hostettler, président des Brandons, dimanche à l'ats.

La 121e édition des Brandons de Payerne s'est tenue - Saint-Valentin oblige - sous le signe de l'amour. Le départ du grand cortège cupidonesque a été donné à 14h26 par Lauriane Sallin, Miss Suisse en titre. Les chars ont brocardé principalement des sujets locaux ou régionaux, comme les élections communales du 28 février, l'abbaye de Payerne et la Saint-Valentin.

Les années précédentes, le grand cortège du dimanche a attiré jusqu'à 15'000 personnes. Malgré ce fort recul, les Brandons se termineront sans grand déficit, probablement sur 'un résultat blanc', selon M. Hostettler. Il faudrait 10'000 personnes pour couvrir le budget.

'Rome protestante' aussi en fête

Ailleurs en Suisse romande, la 'Rome protestante' a aussi eu droit à son carnaval. La pluie battante et le vent n'ont pas douché l'enthousiasme des quelques centaines de participants samedi aux Bains des Pâquis, à Genève.

Genève, canton protestant, avait déjà mis un terme au carnaval bien avant la Réforme. Il a été relancé ces dernières années à l'initiative de particuliers.

Ses organisateurs 'ont provoqué la Rome protestante', a déclaré la maire Esther Alder en donnant la clé de la Ville à la reine de cette 5e édition, une rousse flamboyante. Alors que le jacuzzi géant installé dans le lac attirait de nombreux amateurs, la maire a mis le feu au Bonhomme Hiver, un capitaine en référence au thème de Jules Verne de cette édition. La pluie a cessé de tomber juste à temps.

Ruelles humides à Berne

Dans la capitale fédérale, des milliers de fêtards ont suivi le cortège samedi. Une cinquantaine de fanfares 'guggenmusik' ont déambulé dans les rues de la vieille ville, jusque sur la Place fédérale. Tradition oblige, la fête s'y est close par un grand concert.

Le nombre d'ensembles bernois de 'guggen' a baissé ces dernières années. Mais le cortège a lui grandi, car on y trouve désormais plus de groupes venus d'autres cantons. Cette année, des formations lucernoises, argoviennes ou saint-galloises étaient invitées.

Le cortège des enfants, vendredi, s'est déroulé sous de gros flocons. Samedi, les bouffons du carnaval n'ont pas connu une météo beaucoup plus avenante. Le grand cortège a été arrosé par la pluie. Les festivités se sont terminées dans la nuit de samedi à dimanche dans les restaurants de la vieille ville et dans ses ruelles.

Pérou et Bolivie à Zurich

Sur les bords de la Limmat, si un nombre record de 70 groupes et quelque 2500 participants ont pris activement part au cortège, il y avait cependant moins de badauds que d'habitude pour suivre le carnaval zurichois. Les voisins du sud de l'Allemagne, sous les traits de sorcières et d'elfes, participaient en nombre.

Le cortège était fermé par des formations sud-américaines. Sur des musiques entraînantes, des danseuses et des danseurs de Bolivie et du Pérou se sont trémoussés pour contrer le froid. La parade de dimanche était le temps fort officiel du carnaval zurichois. Une grande fête y mettra fin samedi prochain.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes