Mgr Morerod défend le mariage catholique

La polémique autour du curé de Bürglen (UR) qui a donné sa bénédiction à un couple lesbien ...
Mgr Morerod défend le mariage catholique

Mgr Morerod défend le mariage catholique

Photo: Keystone

La polémique autour du curé de Bürglen (UR) qui a donné sa bénédiction à un couple lesbien va au-delà des compétences des officiants. Pour l'évêque de Fribourg Charles Morerod, 'ce n'est pas à un curé ou à un évêque de remettre en question le mariage catholique'.

Lui-même ne sait pas s'il aurait agi différemment de l'évêque de Coire qui a exigé la démission du curé. 'Il y a certaines choses qui ne dépendent pas de l'évêque du lieu: le mariage dans l'Eglise catholique, c'est entre un homme et une femme', affirme Mgr Morerod dans une interview au 'Matin Dimanche'.

Même si le curé de Bürglen n'a pas formellement marié le couple, il lui a donné sa bénédiction, ce qui prête à confusion. La question de l'amour homosexuel, considéré comme un péché dans les textes de la Bible, est complexe. Le synode des évêques en discutera l'automne prochain.

Pour Charles Morerod, le curé Wendelin Bucheli, qui avait été ordonné dans l'évêché de Fribourg, n'aurait pas dû outrepasser ses fonctions. 'Un prêtre doit savoir s'abstenir de faire certains gestes qui contribuent à le rendre populaire de manière un peu hâtive', estime-t-il. L'évêque a déjà prévu qu'en cas de retour à Fribourg, il le mettrait en garde sur ce point.

Ovation debout à Bürglen

Le principal intéressé, Wendelin Bucheli, s'est expliqué dimanche après la messe à Bürglen. Les fidèles l'ont remercié debout par des applaudissements.

Le curé a brandi une chemise de pâtre qu'il a reçue en cadeau lors de sa venue dans la paroisse. 'C'est un signe clair que le curé est un berger', a-t-il déclaré devant la foule nombreuse de fidèles et de représentants des médias. Il a promis de tout faire pour ne pas blesser ses ouailles et de veiller à un retour à la paix et la sérénité.

L'an dernier, lorsque les deux femmes l'ont prié de les bénir, il s'est d'abord recueilli, a-t-il expliqué. Ensuite, avec 'une paix profonde dans le coeur', il a pu leur donner la bénédiction de Dieu. Le curé s'est excusé auprès de tous ceux qui se sont sentis blessés parce que son geste n'a pas été suffisamment discret.

'Ne rien craindre'

Lorsque le tapage autour de la bénédiction a démarré, il s'est à nouveau recueilli. La réponse qu'il a obtenue était notamment de ne rien craindre. Dimanche, il a prié tout le monde de faire confiance à Dieu. L'assistance a réagi par une ovation debout.

Dans la messe qui a précédé, le curé a parlé de mise à l'écart, de frontières vécues et de frontières franchies. La fraternité des quelque 300 paroissiens était palpable lorsqu'ils ont entamé un psaume évoquant l'amour de Dieu immense comme la mer.

La bénédiction par Wendelin Bucheli d'un couple lesbien l'automne dernier a suscité de vives réactions de ses supérieurs ecclésiastiques. A leurs yeux, ce geste contredit la doctrine catholique. L'évêque de Coire Vitus Huonder lui a demandé de démissionner alors que le curé de Bürglen s'oppose à sa mutation.

Mouvement de solidarité

L'affaire a aussi déclenché un vaste mouvement de solidarité. Une pétition en ligne, qui a récolté près de 33'000 signatures, demande son maintien dans la commune uranaise.

Le curé de Bürglen est également soutenu par l'abbaye bénédictine d'Engelberg (UR). Son abbé Christian Meyer critique la manière de procéder de l'évêché de Coire et espère une intervention du nonce apostolique, l'ambassadeur du Saint-Siège en Suisse.

Ce dernier doit relater les faits à Rome, demande l'abbé dans la 'Zentralschweiz am Sonntag'. Et pas seulement du point de vue de la doctrine, mais aussi sous l'aspect pastoral: dans le cas présent, un pasteur s'est engagé pour des personnes afin de les accompagner religieusement. La bénédiction répondait à une demande pieuse.

Le curé Franz Sabo, de Röschenz (BL), dont le conflit avec l'évêché de Bâle avait fait des vagues entre 2005 et 2008, déclare lui dans le 'SonntagsBlick' que son collègue uranais a agi selon sa conscience, donc juste. Lui-même a déjà donné sa bénédiction à des couples homosexuels, mais avoue émettre des réserves face au mariage à l'Eglise.

Un conflit avec un évêque est épuisant, car tout l'appareil du pouvoir se trouve derrière ce dernier. Ce ne sont toutefois pas les évêques qui ont trop de pouvoir: les paroisses utilisent trop peu le leur, selon Franz Sabo. L'atmosphère s'est tout de même nettement améliorée depuis l'entrée en fonction du pape François, estime le curé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus