Même les jeunes ont rejeté la loi sur les jeux d'argent

Le vote sur les jeux d'argent le 10 juin dernier n'a pas révélé de fossé entre les générations ...
Même les jeunes ont rejeté la loi sur les jeux d'argent

Même les jeunes ont accepté la loi sur les jeux d'argent

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Le vote sur les jeux d'argent le 10 juin dernier n'a pas révélé de fossé entre les générations. Même les jeunes ont clairement accepté la loi alors que le référendum a été lancé par les sections jeunes de plusieurs partis.

L'argument du fossé entre les générations, brandi pendant la campagne, ne s'est pas manifesté, sauf auprès des jeunes hommes alémaniques, selon l'analyse des résultats de l'enquête VOTO, publiée jeudi. Les 18-29 ans ont voté en faveur de la nouvelle loi à 74%, les plus de 60 ans à 77% et les trentenaires (30-39 ans) à 61%.

Sections 'jeunes' pas entendues

Les partis et leurs sections 'jeunes' ont eu peu d'influence sur le choix des votants. Les partisans du PLR ont nettement accepté la proposition, malgré les recommandations du PLR Suisse et des Jeunes libéraux-radicaux à dire 'non'.

Le verdict est encore plus cruel pour la Jeunesse socialiste suisse. Huit sympathisants du PS sur dix ont glissé un 'oui' dans l'urne.

Les opposants n'ont pas non plus réussi à convaincre la majorité de l'électorat que le verrouillage d'Internet serait un premier pas vers une censure du Web. Il s'agit pourtant de l'argument le plus porteur dans le camp du 'non' (29%).

Garder les revenus en Suisse

La loi fédérale sur les jeux d'argent a principalement été acceptée dans le but de conserver en Suisse les revenus dégagés par les jeux d'argent (30%). Le soutien à l'AVS, à la culture, au sport et aux organisations caritatives a aussi joué pour 12% des partisans.

Une régulation plus forte du marché des jeux de hasard (19%) et une bonne protection contre la dépendance aux jeux (11%) ont encore interpellé les personnes favorables à cette loi.

Texte compliqué

L'initiative Monnaie pleine a provoqué de sérieuses difficultés aux votants. Cinquante-huit pour cent ont indiqué qu'il leur a été difficile de comprendre de quoi il était question.

Depuis deux ans, seul le vote sur la réforme de l'imposition des entreprises a été jugé encore plus incompréhensible: près de 74% des personnes sondées avaient signalé leur difficulté.

Pour cette raison, les recommandations des partis ont joué un rôle très important. Près de 21% des opposants et 8% des partisans les ont suivies.

Les arguments des partisans de l'initiative ont aussi reçu un accueil favorable. Cependant une nette majorité de votants a estimé qu'un changement vers un système de monnaie pleine serait une expérience trop risquée.

Faible intérêt

L'initiative sur la monnaie pleine a été rejetée à 75,7% tandis que la loi sur les jeux de hasard a été adoptée à 72,9%. La participation s'est montée à 34,5%, la plus basse depuis 12 ans.

L'enquête, financée par la Chancellerie fédérale, a été réalisée par le Centre d'études sur la démocratie Aarau ZDA, l'institut de recherche FORS et l'institut de sondage LINK. Elle a été menée du 12 au 29 juin auprès de 1509 votants.

/ATS
 

Actualités suivantes