Les singes deviennent plus sélectifs avec l'âge, comme les humains

Plus ils vieillissent, plus les macaques de Barbarie se concentrent sur un nombre restreint ...
Les singes deviennent plus sélectifs avec l'âge, comme les humains

Les singes deviennent plus sélectifs avec l'âge, comme les humains

Photo: Keystone

Plus ils vieillissent, plus les macaques de Barbarie se concentrent sur un nombre restreint de partenaires sociaux, à l'instar des humains. Tel est le constat de chercheurs du centre allemand pour primates de Göttingen et de l'Université de Zurich.

Lorsque nous vieillissons, notre réseau social rétrécit. Nous gardons alors surtout des contacts avec des personnes réellement importantes à nos yeux.

Ce comportement, que les chercheurs attribuent désormais aussi aux singes, 'est sans doute profondément ancré dans l'évolution des primates', avance l'auteure de l'étude Alexandra Freund, de l'Université de Zurich, citée dans un communiqué publié jeudi par la revue 'Current Biology'.

Les chercheurs du centre allemand et de la haute école zurichoise ont observé 118 animaux, âgés de 4 à 29 ans dans un parc français, où ils ont procédé à différentes expériences comportementales. Résultat: les singes deviennent eux aussi plus sélectifs avec l'âge. Même chez les jeunes adultes, l'intérêt pour des objets nouveaux ou des congénères qu'ils connaissent moins bien est nettement limité.

Pour les intimes

L'entretien du pelage prodigué réciproquement l'illustre particulièrement, explique la biologiste allemande Laura Almeling: 'Chez les singes, ce soin est la base de toute relation sociale'. Alors que les jeunes primates changent souvent de partenaires pour l'épouillage, les plus âgés se tournent vers un cercle d'amis toujours plus restreint.

'Les macaques de Barbarie ne perdent pas l'intérêt pour la communauté', poursuit la comportementaliste, 'mais ils se concentrent sur un plus petit groupe'.

Avec l'âge, les singes se montrent aussi moins audacieux et plus prudents face à la nouveauté, selon les observations des scientifiques. En cela, ils ressemblent aux vieilles personnes. En revanche, ils réagissent jusqu'à un âge très avancé aux appels au secours de congénères. Les réactions sont toutefois plus fortes aux cris de singes proches.

La contraction du réseau social chez les personnes âgées peut être une conséquence d'une vitalité en baisse ou de la prise de conscience de sa propre finitude, ajoute Laura Almeling. Chez les primates, ce n'est pas le cas: 'Les singes ne sont pas conscients que leur existence est limitée'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus