Les profs novices donnent de plus mauvaises notes aux filles

A performance égale, les jeunes filles obtiennent des notes inférieures en physique lorsqu'elles ...
Les profs novices donnent de plus mauvaises notes aux filles

Les profs novices donnent de plus mauvaises notes aux filles

Photo: Keystone

A performance égale, les jeunes filles obtiennent des notes inférieures en physique lorsqu'elles sont évaluées par des enseignants peu expérimentés. Une étude de l'EPFZ met en lumière cette distorsion, qui peut aller jusqu'à 0,9 point d'écart.

L'étude de la chercheuse en éducation Sarah Hofer a été publiée récemment dans l''International Journal of Science Education'. Elle portait sur 780 enseignants de physique au niveau secondaire, en Suisse, en Autriche et en Allemagne. Ils devaient évaluer une réponse partiellement correcte à une question d'examen sur la mécanique classique.

Les réponses étaient formulées de manière identique, explique l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) lundi dans un communiqué. Mais le texte d'introduction suggérait à une partie des enseignants qu'ils évaluaient une jeune fille, tandis que les autres pouvaient croire qu'il s'agissait d'un garçon. L'objet même de l'étude leur était inconnu.

Plus influençables

Il s'est avéré que les enseignants ayant moins de dix ans d'expérience ont donné des notes moins bonnes à celles qu'ils pensaient être des filles. Avec cinq ans ou moins d'expérience professionnelle, cette différence des notes atteignait 0,7 point en Suisse, et jusqu'à 0,9 point en Autriche.

'Les enseignantes et enseignants peu expérimentés se laissent apparemment davantage influencer par des informations contextuelles, comme le genre', explique Sarah Hofer, citée dans le communiqué. Selon la chercheuse, il est bien connu que les préjugés ou les stéréotypes ont surtout un impact sur la notation lorsque la personne qui évalue ne dispose pas d'informations suffisantes, qu'elle est sous pression ou même dépassée.

Les femmes plus sévères

En Allemagne, le tableau est surprenant: les enseignants de sexe masculin ont donné les mêmes notes aux garçons et aux filles. Mais leurs collègues féminines ont été beaucoup plus sévères avec les filles: celles qui avaient moins de cinq ans d'expérience leur ont distribué des notes inférieures de près d'un point par rapport aux garçons. Les raisons de cette disparité restent inexpliquées.

Pour Elsbeth Stern, professeure à l'EPFZ et cheffe du groupe de recherche, les résultats de l'étude sont à situer dans le cadre d'un problème plus fondamental: d'une manière générale, les notes obtenues par les filles reflètent moins bien leurs performances réelles que celles des garçons. Elles sont tantôt trop bien notées, tantôt trop mal.

Evaluation injuste

Cette distorsion ne leur permet pas d'avoir un feedback juste et complique leur orientation. 'Lorsqu'on a l'impression dès l'école d'être évaluée de manière injuste dans les branches scientifiques, on risque davantage de perdre tout intérêt pour ces matières', redoute Elsbeth Stern.

Plusieurs études ont déjà démontré que les filles doivent faire davantage d'efforts que les garçons pour obtenir les mêmes notes dans les branches scientifiques. Ces recherches se concentraient toutefois sur les mathématiques. L'étude de Sandra Hofer est la plus complète en ce qui concerne la physique et les pays germanophones.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus