Les opposants à la réforme fiscale lancent leur campagne à Fribourg

Les opposants à la réforme fiscale dans le canton de Fribourg ont lancé leur campagne mercredi ...
Les opposants à la réforme fiscale lancent leur campagne à Fribourg

Les opposants à la réforme fiscale lancent leur campagne à Fribourg

Photo: Philippe Lebet - Keystone-ATS

Les opposants à la réforme fiscale dans le canton de Fribourg ont lancé leur campagne mercredi en vue de la votation du 30 juin. Ils dénoncent les cadeaux accordés aux entreprises sur le dos de la population et craignent pour les prestations publiques.

Après le Conseil d'Etat venu défendre sa réforme in corpore la semaine passée, c'était au tour d'un large front de la gauche de présenter les arguments à l'origine du lancement du référendum contre le projet accepté par le Grand Conseil en décembre dernier. Beaucoup de reproches ont été formulés à l'égard du grand argentier cantonal Georges Godel.

La principale crainte des référendaires est de voir reculer les recettes provenant des personnes morales et, par prolongement, de voir diminuer les prestations de l'Etat. 'La situation est déjà tendue dans le secteur public', a dénoncé Virginie Burri, secrétaire au Syndicat des services publics (SSP), voyant pour le canton un avenir 'sombre'.

'Miroir aux alouettes'

Armand Jaquier, secrétaire régional d'Unia Fribourg, a stigmatisé des mesures de compensation, à hauteur de 30 millions de francs, qui n'en sont pas à ses yeux, parlant de 'miroir aux alouettes'. 'Ces aides (ndlr: pour les primes maladie, les familles ou la formation) devraient être accordées indépendamment de la réforme.'

Quant à Pierre Duffour, d'Attac-Fribourg, il a déploré 'la logique de concurrence effrénée' pour réduire les taux d'imposition sur les bénéfices des entreprises. Frédéric Clément, pour le Parti socialiste (PS), a rappelé que 128 des 136 communes du canton verront leurs recettes diminuer en cas de victoire du oui le 30 juin.

S'ils venaient à l'emporter alors, en cas de refus de la réforme donc, les opposants proposent de relancer le processus législatif. Ils voient le taux 'juste' d'imposition des entreprises fixé à 16,38% à même de garantir les prestations à la population. La loi acceptée par le Grand Conseil prévoit d'abaisser ce coefficient de 19,86% à 13,72%.

Plus de 7000 signatures

Pour mémoire, le référendum a été lancé fin janvier par Attac-Fribourg. Rejoint par le SSP, Solidarités, les Verts fribourgeois, les syndicats Unia, Syna et SEV-Fribourg, la jeunesse socialiste fribourgeoise, les jeunes POP et la section PS de Villars-sur-Glâne, le mouvement altermondialiste a déposé plus de 7000 signatures validés.

Le PS fribourgeois soutient pour sa part du bout des lèvres l'opposition à la réforme fiscale. Il n'avait dans un premier temps pas participé officiellement à la récolte des paraphes. La votation survient par ailleurs dans un contexte tendu autour des mesures d'assainissement de la Caisse de Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat de Fribourg (CPPEF).

Le volet cantonal de la réforme de la fiscalité des entreprises constitue un 'enjeu de taille', a expliqué le 27 mai le gouvernement cantonal. Celui-ci a insisté sur le fait que plusieurs centaines d'entreprises étaient concernées, représentant plus de 3000 emplois directs, nombre que les opposants voient comme un argument de 'dramatisation'.

Pour rappel, la Suisse est dans l'obligation d'abolir les statuts fiscaux spéciaux pour les entreprises étrangères, en vertu de ses engagements internationaux. Le 19 mai, sur le plan fédéral, le peuple a accepté la réforme fiscale et du financement de l'AVS (RFFA), avec un taux de oui supérieur à 60% dans le canton de Fribourg.

/ATS
 

Actualités suivantes