Les micro-caoutchoucs, bien plus nombreux que les micro-plastiques

Lors des 30 dernières années, environ 200'000 tonnes de micro-caoutchoucs issus principalement ...
Les micro-caoutchoucs, bien plus nombreux que les micro-plastiques

Les micro-caoutchoucs, bien plus nombreux que les micro-plastiques

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Lors des 30 dernières années, environ 200'000 tonnes de micro-caoutchoucs issus principalement de l'abrasion des pneus se sont accumulées dans l'environnement en Suisse, ont calculé des chercheurs de l'Empa. En comparaison, la quantité de micro-plastiques est faible.

'La quantité de micro-caoutchoucs dans l'environnement est énorme', écrit le chercheur Bernd Nowack dans un communiqué diffusé jeudi par le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa). Alors que 7% des micro-particules à base de polymères rejetées dans l'environnement sont faites de plastique, 93% proviennent de l'abrasion des pneus des voitures et camions.

Dans les sols et dans l'eau

Près des trois quarts des micro-caoutchoucs demeurent sur les côtés de la route (dans les cinq premiers mètres), 5% dans les sols restants et près de 20% dans les plans d'eau. Une partie finit dans l'air, mais dans une faible mesure. L'impact de ces poussières aériennes sur la santé humaine est donc minime, y compris dans les endroits proches de la circulation, selon l'Empa.

Outre l'abrasion des pneus, les chercheurs ont également examiné le rôle de zones vertes artificielles telles que les gazons synthétiques dans l'émission de micro-caoutchoucs. Conclusion: leur contribution est réduite, puisque seuls 3% des micro-caoutchoucs proviennent de ces terrains.

Stations d'épuration améliorées

L'Empa souligne que depuis l'an 2000, les directives relatives au recyclage de l'eau et à la prévention de la pollution des sols ont été considérablement renforcées. Grâce à des mesures telles que la construction de stations d'épuration des eaux usées des routes (SABA), une partie des micro-caoutchoucs peut maintenant être retirée de l'eau. Le laboratoire ne précise pas combien exactement.

L'équipe de recherche a basé ses calculs sur des données d'importation et d'exportation de pneus, puis a modélisé le comportement du caoutchouc sur les routes et dans les eaux usées des routes.

/ATS