Les députés exigent des comptes après le cafouillage du 10 novembre

La panne informatique qui a retardé la proclamation des résultats du second tour de l'élection ...
Les députés exigent des comptes après le cafouillage du 10 novembre

Les députés exigent des comptes après le cafouillage du 10 novembre

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

La panne informatique ayant retardé la publication des résultats du 2e tour de l'élection au Conseil des Etats à Fribourg le 10 novembre suscite la colère du Grand Conseil. Les députés ont soutenu mercredi un mandat inter-parti urgent pour obtenir des explications.

Dix jours après l'élection qui a vu la victoire du socialiste sortant Christian Levrat et la PLR Johanna Gapany, cette dernière devançant le PDC sortant Beat Vonlanthen de 138 suffrages, le sujet est revenu sans surprise devant le Grand Conseil à l'occasion de la session de novembre. Le caractère urgent du mandat déposé mardi a finalement été voté mercredi.

Les députés se sont montrés unanimes à demander l'urgence. La qualification a recueilli 93 voix, sans opposition ni abstention, une majorité qualifiée de 56 voix étant requise. Le député PS Pierre Mauron a regretté préalablement l'absence d'un membre au moins du Conseil d'Etat dans la salle au moment de la discussion.

Les députés exigent des explications sur le déroulement d'une élection à trois candidats pour laquelle il a fallu attendre 21h15 pour en connaître l'issue. Le mandat, intitulé 'Pour ne plus revivre un dimanche électoral comme le 10 novembre', a été signé par les cinq groupes du parlement, avec deux signataires pour chacun d'eux.

Audit externe

Le mandat inter-parti propose la commande d'un audit externe pour déterminer la performance du logiciel incriminé - qui est aussi utilisé par le canton de Neuchâtel. 'Les citoyens et les partis politiques sont perdants', estiment ses auteurs. Ceux-ci regrettent encore la perte de crédibilité et de confiance envers les institutions.

Les députés veulent par ailleurs des mesures concrètes pour la suite. Ils demandent qu'un 'plan B' soit instauré dorénavant en cas de problème technique, 'avec confirmation et transmission des résultats par téléphone de chaque commune, et tableur au niveau cantonal'. Soit un retour aux méthodes de jadis.

/ATS
 

Actualités suivantes