Les cantons pas encore prêts à rendre le port du masque obligatoire

Les cantons ont la main pour éviter une flambée des cas de Covid-19, mais ils ne sont pas encore ...
Les cantons pas encore prêts à rendre le port du masque obligatoire

Port obligatoire du masque dans les transports en discussion

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Les cantons ont désormais la main pour prendre des mesures contre une flambée des cas de Covid-19. Le port obligatoire du masque dans les transports publics est en discussion, mais aucune décision n'est encore tombée.

Le conseiller fédéral Alain Berset a rencontré lundi les directeurs cantonaux de la santé publique pour faire le point de la situation. Le but de cette rencontre, prévue de longue date, était de préparer la situation avant les vacances, a expliqué le ministre devant la presse.

La situation extraordinaire ayant pris fin le 19 juin, les cantons ont la responsabilité de lutter contre une recrudescence de cas de Covid-19. Il leur appartient d'identifier et d'isoler rapidement les nouveaux cas d'infection, de détecter les éventuelles zones sensibles et d'interrompre les chaînes de transmission.

Les cantons disposent d'un arsenal de mesures, et rendre le port du masque obligatoire dans les transports publics en fait partie. Des discussions vont être menées ces prochains jours, a expliqué le conseiller d'Etat bâlois Lukas Engelberger, président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé.

Mesure envisagée

Dans le contexte de situation particulière qui prévaut actuellement, les cantons peuvent décider d'une telle obligation, en accord avec la Confédération. Les entreprises de transports publics doivent aussi être consultées.

Cette mesure pourrait être envisagée. Dans les transports publics, trop peu de gens portent un masque de protection, a reconnu M. Engelberger. Il faut tout faire pour éviter une deuxième vague.

Concernant les cas de contaminations à large échelle dans des boîtes de nuit, les cantons peuvent là aussi réagir, a relevé Alain Berset. Ils peuvent décider de fermer des établissements ou réduire le nombre de personnes qui ont le droit de se rassembler.

Application à télécharger

Le nombre de cas augmente, a reconnu le conseiller fédéral. Mais il n'y a pas de raison de paniquer à ce stade. L'augmentation du nombre de tests explique aussi la hausse du nombre de cas, même si on constate un relâchement dans certaines situations.

La population doit rester vigilante. Les plans de protection et le traçage des contacts jouent un rôle primordial. Le conseiller fédéral croit aussi en l'efficacité de l'application SwissCovid. Dix pour cent de la population l'a téléchargée. Ces téléchargements doivent se poursuivre, selon lui.

Concernant les restrictions aux frontières, des travaux sont en cours en coordination avec les pays voisins, a ajouté Alain Berset.

/ATS
 

Actualités suivantes